Située le long de l’autoroute Yaoundé-Bertoua, à environ 278 km de Yaoundé, la ville de Doume s’est vite transformée en plaque tournante de collecte et la fourniture d’écailles de pangolin.

Les braconniers locaux et les trafiquants des villes et des localités comme Abong-Mbang, Dimako, Bertoua, Nden-Ndam, Kouen, Mendim, etc. y transportent et y revendent des écailles. Celles-ci sont achetées et stockées par certains grands trafiquants basés à Doume qui les transportent à leur tour à Yaoundé et à Douala, où ils fournissent d’autres trafiquants qui en exportent au Nigeria et en Asie (les écailles sont prisées pour leurs «vertus thérapeutiques»).

En mai 2018 déjà, trois personnes ont été arrêtées dans la ville pour trafic d’écailles de pangolin. La loi faunique camerounaise précise que toute personne reconnue coupable de ces accusations encourt une peine pouvant aller jusqu’à 3 ans et une amende pouvant aller jusqu’à 10 millions FCFA.