Cameroun – Douala: Une barrière érigée autour du Monument du Général Leclerc

La statue de l’officier français a été décapitée à plusieurs reprises par l’activiste André Blaise Essama.

Restaurée, la statue du Général Leclerc située place du gouvernement à Bonanjo est désormais entourée d’une barrière métallique de protection, frappée des symboles de la ville de Douala.

«Certainement l’effet Essama, qui ne pourra plus aisément asséner des coups de boutoirs sur le Général français», peut-on lire dans les colonnes du journal Ouest Littoral édition du jeudi 26 novembre 2015. En effet, on se souvient que la statue de l’officier français avait subi il y a plusieurs mois la colère de l’activiste.

André Blaise Essama avait «plusieurs fois été aperçu pissant sans vergogne, ni crainte de l’autorité, sur la statue du Général Leclerc de Hauteclocque, implantée à quelques mètres seulement de celle du soldat inconnu, érigée en hommage à nos compatriotes morts sur le champ de bataille lors des deux guerres mondiales», rappelle le journal.

Le 24 mai, «il avait tout simplement renversé, décapité et emporté chez lui la tête du célèbre officier français. Il l’avait ensuite dissimulée sous son lit afin de contraindre les autorités de la ville à l’enlever de Bonanjo en remplacement de la statue de Ruben Um Nyobé», renchérit Ouest Littoral. Un acte qui lui avait valu «un séjour éclair dans les services du Groupement Mobile d’Intervention N° 2 de la ville de Douala».

Pour l’instant, la statue de l’officier français ne risque pas d’être attaquer par le célèbre activiste qui séjourne depuis plus de trois mois déjà à la prison centrale de New-Bell de Douala. Motif de sa détention: «Avoir détruit la statue du soldat inconnu, située en plein cœur de Bonanjo».