Cameroun: declaration du courant um nyobiste des nationalistes revolutionnaires souverainistes cun/nrs

Le COURANT UMNYOBISTE DES NATIONALISTES REVOLUTIONNAIRES SOUVERAINISTES (CUN/NRS), de l’Union des Populations du Cameroun -UPC-, fidèle aux idéaux des pères fondateurs et à l’orthodoxie du Mouvement ; jaloux de l’intégrité, de la respectabilité et de la souveraineté du Cameroun,
DECLARE
-SUR LA LIBERATION DU MAIRE DE LAGDO ET CONSORTS : qu’en rappel des faits, dans la nuit du 19 au 20 mars 2015, le maire MAMA ABAKAI et 13 autres personnes dont des conseillers municipaux ont été faits prisonniers à YOKO-SIRE un village aux confins de Garoua Boulai, alors qu’ils revenaient des obsèques d’un membre de la famille du Sous-préfet de LAGDO, qui lui aurait échappé au rapt. Si le CUN/NRS salue leur libération, il regrette toutefois la durée du temps qu’ils ont mis en captivité quand on sait la diligence avec laquelle des cas étrangers sont traités

-SUR LE CODE PENAL, qu’une loi de portée aussi importante et générale exprimant l’orientation pénale du pays soit promulguée en dépit des réserves pertinentes émises par plusieurs strates de la société dont certains pratiquants au quotidien du droit ; qu’un tel passage en force pourrait cacher des vices aux effets dévastateurs pour notre sociéte ; que la focalisation du débat sur l’unique article 127 n’est qu’un grossier cheval de troie

-SUR LE CODE DE NATIONALITE, que certains faits très récents (affaires YEN EYOUM et Thierry ATANGANA entre autres) imposent un examen minutieux et un débat large de la loi portant code de nationalité dont copie en annexe

– SUR LES APE, que dès le mois d’aout prochain, les Accords de Partenariat Economique –APE- intérimaires vont être effectif au Cameroun et que l’impact du BREXIT viendra encore plus complexifier une situation qui n’était guère reluisante pour notre pays, dont le tissu industriel embryonnaire doit entrer en concurrence avec les industries européennes ce qui revient à organiser un combat de boxe entre un poids lourd professionnel face à un poids plume amateur qui de surcroit a les bras noués au dos(les employés de PILCAM ont 11 mois d’arriérés de salaires)

-SUR LE RAPPORT DE AMNESTY INTERNATIONAL, qu’il est curieux qu’en l’espace de six mois cette ONG sortent deux rapports accablants sur notre pays; qu’en dépit des motivations réelles d’un tel acharnement, il est loisible de faire deux constats :

a) Le Cameroun fait face à une guerre asymétrique contre un ennemi qui ne respecte aucune règle de l’art de la guerre ; entre juillet 2015 et juillet 2016, cet ennemi barbare a tué plus 500 civils dans 46 attentats suicides. L’armée Camerounaise dont la bravoure depuis le début de cette guerre doit être saluée est une armée de métier qui devrait avoir à cœur le respect strict de sa devise : Honneur et Fidélité

b) Les Autorités camerounaises ont toujours brillé par leur propre gestion du temps , même contre le temps qui passe et certains évènements qui appellent des réponses urgentes. Elles méprisent royalement tous les acteurs sociaux nationaux

EN CONSEQUENCE

Le CUN/NRS de l’UPC réitère son ferme attachement à la souveraineté et à l’intégrité réelles du Cameroun et exhorte les Autorités camerounaises à s’ouvrir davantage au peuple souverain en dehors des périodes électorales SURTOUT lorsque des questions de grande importance sont les enjeux et en jeu.

Enfin le CUN/NRS de l’UPC exhorte :

les Autorités à mieux communiquer et échanger d’où l’incessant appel de l’UPC à un DIALOGUE NATIONAL restructurant les Autorités à s’engager à respecter et faire respecter TOUS les droits reconnus aux personnes par la législation en vigueur

Douala le 17juillet 2016

Pour la coordination du CUN/NRS
MA LANGUE YECKE Marcel

Membre du Comité Directeur de l’UPC