CAMEROUN :: CRISE ANGLOPHONE : QUID DE LA MÉDIATION ?

Le gouvernement suisse a initié des pourparlers avec les séparatistes.

Les manifestations des opposants camerounais en Suisse ont eu lieu alors que l’on apprenait que la Suisse est impliquée dans un processus de médiation entre le gouvernement camerounais et les séparatistes anglophones. Certains leaders de ces derniers sont arrivés en Suisse le 23 juin dernier, le jour même où Paul Biya arrivait en Suisse. Simple coïncidence ? Difficile de le dire. Le portail des camerounais de Belgique. C’est vrai que la réunion prévue entre le Département fédéral des Affaires étrangères (Dfae) avec les leaders séparatistes n’impliquait aucun membre du gouvernement, mais la présence concomitante de Paul Biya en Suisse a refroidi certains d’entre eux.

Maintenant, on peut se poser la question de savoir si les récentes manifestations et l’évolution qu’elles ont pu créer dans les relations entre le Cameroun et la Suisse pourront avoir un impact sur la tentative de médiation de la Suisse dans la crise anglophone. Les discussions entreprises dans le cadre de la crise anglophone en Suisse ont été révélées par diverses sources. Par les médias suisses d’abord. Le processus a été enclenché fin 2018 par les séparatistes. Ils auraient approché l’ambassade de Suisse à Yaoundé pour solliciter une médiation. A la suite de cette première approche, le gouvernement suisse s’est montré disposé à jouer ce rôle. «En avril 2019, Paul Biya en personne confirme que ce rôle de facilitateur est le bienvenu. Berne accepte cette responsabilité et commence à travailler », lit-on dans Le Temps.

Une réunion s’est donc tenue en Suisse du 25 au 27 juin à Saint-Luc, dans le Val d’Annivers. Il s’agissait de discussions préparatoires aux éventuelles négociations qui pourront avoir lieu entre les séparatistes et le gouvernement camerounais. Une autre avait eu lieu à Genève du 16 au 19 mai dernier. Les Nations unies ont également réagi à la médiation suisse. «Le Secrétaire général se félicite de l’annonce faite le 27 juin par le Département fédéral des affaires étrangères de la Suisse sur ses efforts visant à faciliter une sortie de crise dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun à travers un processus de dialogue.

Il exprime le plein soutien de l’ONU à cette initiative et réaffirme qu’il est prêt à la soutenir, le cas échéant. Il encourage toutes les parties à participer à ce processus et félicite les autorités camerounaises et les autres parties prenantes pour ce pas positif. Le Secrétaire général réitère l’importance de l’engagement de toutes les parties prenantes camerounaises dans un dialogue politique inclusif et constructif afin de relever les défis auxquels le pays est confronté», indiquait un communiqué de l’Onu.