Cameroun – Crise anglophone: En à peine 12 minutes, le défilé du 11 février 2019 s’est déroulé dans la psychose à Bamenda (Nord-Ouest)

La place des fêtes de la capitale régionale du Nord-Ouest n’a pas attiré grand monde ce lundi, à l’occasion de la célébration de la 53ème édition de la fête nationale de la Jeunesse.

Des coups de feu ont été entendus aux premières heures de la matinée de ce 11 février 2019, dans certains quartiers de Bamenda. Selon le correspondant local de la BBC, Frédéric Takang qui a donné cette information, il n’y a pas eu d’incidents majeurs. Selon toute vraisemblance, il s’agissait d’actes d’intimidation, visant à décourager les jeunes à se rendre au lieu du défilé.

La tactique semble avoir fonctionné puisque selon notre confrère, la place des fêtes de la capitale régionale du Nord-Ouest n’a pas attiré grand monde pour la traditionnelle parade. Seuls le RDPC (Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais), le CANAJES (Centre National de la Jeunesse et des Sports), l’Université de Bamenda et le Lycée Bilingue de Bamenda ont pris part au défilé.

Un fait particulier cependant, le carré du Lycée Bilingue de Bamenda était composé seulement de 8 élèves. «Au total, le défilé a duré 12 minutes à la place des fêtes de Bamenda», indique Frédéric Takang. Une parade présidée par le gouverneur Adolphe Lele Lafrique, sous l’encadrement des forces de défense et de sécurité. «La plupart de ceux qui ont pris part à ce défilé, sont arrivés escortés par des éléments de maintien de l’ordre», ajoute le journaliste.

En prélude à la 53ème édition de la fête nationale de la Jeunesse qui ce célèbre de lundi, les leaders séparatistes ont lancé un mot d’ordre de villes mortes pendant dix jours dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à une crise sociopolitique sans précédent depuis octobre 2016.

Fred BIHINA