Cameroun – Contrebande: Malgré les interdictions du Gouverneur, la vente du carburant frelaté refait surface dans le Nord-Ouest

Malgré les avertissements du Gouverneur, l’activité a le vent en poupe dans le Chef-lieu de la région.

Un communiqué radio du Gouverneur de la Région du Nord-Ouest, diffusé depuis près de deux semaines sur les ondes de la station régionale CRTV Bamenda, met en garde toutes personnes qui, d’une façon ou d’une autre, utilisent le carburant frelaté. Ceci parce que les vendeurs de ce carburant ont investi les trottoirs de la cité capitale de la Région et ses environs, indique le quotidien Le Messager, dans sa parution du jeudi 2 juin 2016.

D’après le journal, certains vendeurs de ce carburant de mauvaise qualité et entré en contrebande se sont même installés à côté ou en face des stations-services conventionnelles. Leurs clients se recrutent pour la plupart parmi les conducteurs de moto taxis, les chauffeurs de taxi ou même les propriétaires de voitures à usage personnel.

À ce qu’il parait, «ce carburant coûte moins cher par rapport au Super vendu dans les stations-services», confie un des vendeurs de ce liquide inflammable. Ce que confirme un propriétaire d’un véhicule: «J’achète un litre de ce carburant à 550 FCFA au lieu de 659 FCFA. En plus, il brule moins vite que $celui de nos stations d’essence conventionnelles». Mais le Gouverneur de la Région n’entend pas rester les bras croisés devant cette situation qui prend de plus en plus de l’ampleur.

Aussi, dans son communiqué, il  invite le public de cette Région à dénoncer cette activité illégale à la délégation régionale de l’Eau et l’Énergie. Si l’heure est encore à la sensibilisation de ces opérateurs du secteur du carburant frelaté, ces derniers continuent de faire de la résistance. En attendant les éventuelles sanctions qui pourront tomber très prochainement, ce sont les stations-services conventionnelles qui paient le prix de cette contrebande.