CAMEROUN :: COMITÉ EXÉCUTIF DE LA FECAFOOT : LES 100 PREMIERS JOURS

Le président de la fédération, Seidou Mbombo Njoya, a présenté hier à la presse un premier bilan après plus de trois mois à la tête de l’instance.

Avouons-le avant toute chose : en débarquant en grand nombre au siège de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) hier à Tsinga, la presse s’attendait à avoir les réponses à ses interrogations autour du nouvel équipementier des sélections nationales. Mais il faudra encore attendre pour avoir des réponses. Gentiment, mais fermement, Seidou Mbombo Njoya a annoncé, au cours d’une conférence de presse, qu’il réservait la primeur de l’information autour de ce contrat avec le nouvel équipementier aux membres du Comité exécutif au cours de leur assemblée générale prévue dans les prochaines semaines.

Alors, seulement, a rassuré le patron de Tsinga, la presse aura tous les détails, dans ce souci de transparence qu’il n’a cessé de prôner durant la conférence de presse. On apprendra tout de même que Puma, lassée des batailles juridiques à la Fecafoot, avait fait une proposition considérablement revue à la baisse, divisée par 3 selon Seidou Mbombo Njoya, pour une reconduction du contrat expiré en décembre 2018. Ce que la Fecafoot a refusé. Mais dans un contexte où les grandes firmes se tournent plus vers les clubs et moins vers les sélections nationales, « avec des offres à la baisse depuis huit ans, le Cameroun a eu l’opportunité d’avoir Le coq sportif qui avait une proposition supérieure à la dernière offre de Puma », explique le président de la Fecafoot. « On aurait difficilement pu avoir mieux », précisera-t-il.

Bilan et piques

En attendant donc, Seidou Mbombo Njoya a entretenu la presse sur le bilan des premiers mois du Comité exécutif élu le 12 décem- bre dernier. Car c’était ça l’objet de la rencontre d’hier. Il a donc été question de la finalisation en cours de la restructuration de la fédération engagée par le comité de Normalisation, du renforcement des relations avec l’Etat, des partenariats avec la FIFA et la CAF qui commencent à porter leurs fruits. L’info claire et nette. Avec notamment un plan d’assistance technique de la FIFA qui pourrait aider la direction technique nationale dont la feuille de route devrait être validée prochainement par l’AG. Bref, « bien que beaucoup reste à faire, nous sommes sur la bonne voie », affirme Seidou Mbombo Njoya. Dans les perspectives, il y a des projets d’envergure comme ce partenariat en cours de finalisation avec la Fédération qatarienne de football, l’instauration des licences de clubs qui viseront à imposer des critères sportifs et administratifs pour les équipes, la réhabilitation et l’extension du Centre technique d’Odza avec l’appui de la FIFA, etc.

Bien sûr, il y a des points noirs comme la relance des travaux du fameux siège qui est toujours attendue ou encore le championnat jeunes qui n’a toujours pas démarré. A ce sujet, Seidou Mbombo Njoya promet que les choses sérieuses débuteront très bientôt avec notamment la création de la Ligue spécialisée. Peut-être d’ici septembre. De toute façon, pour le Comité exécutif, cette saison est une sorte de transition. « Il faut attendre la saison prochaine pour voir nos compétitions avec toutes les réformes prévues », promet le président. Enfin, on retiendra quelques-unes de ses piques sur certains sujets brûlants.

A l’instar de la plainte des Comores sur la disqualification du Cameroun à la CAN 2019 : « le dossier est clos » pour l’homme fort de Tsinga qui déclare avoir travaillé avec la cellule juridique de la CAF qui ne nourrit aucune inquiétude sur ce sujet. En ce qui concerne les déclarations du président de la Fédération royale marocaine de football, Fouzi Lekjaa qui souhaite l’exclusion du Cameroun de l’actuelle CAN U17 pour fraude sur l’âge de certains joueurs, Seidou Mbombo Njoya est clair : « Le Maroc a un problème avec la défaite ». Interrogé sur la construction des stades prévue dans certaines régions alors que la Fecafoot avait engagé des travaux du même genre, la réponse est cinglante : « On ne veut être engagé dans aucun projet appartenant au passé ». Voilà qui est dit et rendez-vous a été pris pour le prochain exercice du genre.