Cameroun: Cinq cadres suspendus au Ministère des Forêts et de la Faune

Deux délégués départementaux et trois autres agents de ce département ministériel sont soupçonnés d’exploitation illégale du bois et de complicité de braconnage.

Le ministre des Forêts et de la Faune Philip Ngole Ngwese a signé mardi, 20 septembre une décision portant suspension de cinq cadres dudit ministère dans leurs fonctions respectives. Le motif évoqué dans la décision du ministre des Forets et de la Faune est : « manquements graves et indélicatesses dans leurs fonctions respectives ». 237online.com Parmi les personnes suspendues se trouvent quatre cadres en service dans le département du Faro dans la région du Nord-Ouest. Il s’agit notamment du délégué départemental, du chef du bureau des affaires générales, du chef de la section des Forêts et de la Faune et du chef de la section de la promotion et de la transformation. Dans la région du Centre un seul responsable a été sanctionné. Il s’agit du délégué départemental des Forêts et de la Faune de la Méfou et Akono.

Coupe illégale
Au ministère des Forets et de

la Faune, l’on précise que ces sanctions entrent dans une logique de lutte contre la corruption et certains fléaux en cours dans ce ministère. Selon les informations recoupées dans ce ministère, les quatre agents suspendus dans le département du Faro sont impliqués dans une affaire d’exploitation illégale de bois et dans le trafic de certaines espèces fauniques. Notre source explique que la région du Nord-Ouest abrite plusieurs parcs regroupant des espèces protégées. Le constat fait par le ministre des Forêts et de la Faune c’est que depuis quelques temps ces collaborateurs sont impliqués en complicité avec certains opérateurs économiques dans le phénomène de braconnage dans les différents parcs. Notre source fait savoir que la suspension des quatre agents du Minfof dans le département du Faro entre dans ce sens. Pour ce qui est du délégué départemental de la Mefou-et Akono, son nom est cité dans une affaire d’exploitation illégale de bois. Au ministère des Forêts et de la Faune, l’on explique d’ailleurs qu’il s’agit bien des mesures conservatoires. « Les enquêtes sont en cours. Ils ont été suspendus compte tenu des éléments de preuve que le ministre des Forêts et de la Faune disposait. Mais si l’issu de l’enquête ouverte au niveau de l’inspection générale du Minfof révèle le contraire, les agents suspendus vont réintégrés leurs postes respectifs », précise un cadre au Minfof. Au ministère des Forêts et de la faune, les sanctions sont récurrentes ces dernières années. En 2014 l’on a enregistré dans ce ministère 84 cas de suspension.