Cameroun – Chutes des prix du pétrole: Une opportunité pour diversifier les économies de la zone CEMAC

Si cette situation va considérablement affecter tous les secteurs, des experts pensent qu’elle constitue aussi une opportunité pour la diversification de la sous-région.

Dans son numéro du 27 juin 2017, Intégration rappelle qu’«Au cours des trois dernières années, le prix du baril de l’or noir a considérablement baissé sur le marché international. Dans les pays producteurs de pétrole de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), cette tendance désastreuse a entraîné le ralentissement des activités dans tous les autres secteurs. Tensions de trésorerie, accroissement du chômage, baisse du pouvoir d’achat, dégradation des services sociaux sont autant de problèmes structurels auxquels les pays de la sous-région font face ».

Cette situation peut aussi s’avérer profitable pour les économies de la zone CEMAC. Selon les experts, souligne le journal, « le contexte actuel sur le marché international du pétrole constitue à la fois un avertissement et un tremplin pour la diversification des économies locales. Comme pistes à cela, l’Afrique centrale peut tirer profit de ses nombreux atouts. Le caractère exceptionnel de l’environnement du bassin du Congo va permettre aux pays de la sous-région, le Congo en tête, de créer un modèle de croissance basé sur des activités vertes et intarissables ».

Dans le même sens, ajoute notre confrère, le potentiel du littoral africain n’estpas à négliger. « Dans son rapport de 2016, The Institute for Security Studies estime que l’économie maritime africaine pouvait générer plus de 1000 milliards de dollars US par an. Il serait donc important et crucial pour l’Afrique de valoriser ses côtes. Il faudra par ailleurs, développer les chaînes de valeurs allant de l’industrie de la pêche à celle des loisirs, former des compétences et construire les réseaux d’infrastructures adéquates pour intégrer l’hinterland ».

Autre avantage, « les pays de la zone CEMAC et plus particulièrement le Congo, bénéficient d’une position géographique favorable. Ainsi, il faut créer un modèle de développement inclusif en renforçant l’attractivité et en accueillant les différents investisseurs, notamment africains. L’objectif étant de faire du Congo et de la région un territoire attractif qui offre des opportunités à tous les acteurs », fait savoir Intégration.