Cameroun: Christine Robichon inaugure une infrastructure hydraulique à Bangangté

Au cours de sa visite dans le chef-lieu du département du Ndé, l’ambassadrice de France au Cameroun a été élevée au rang de «Mafeu Napngo», (titre honorifique de Reine mère) par les Rois de la localité, le 30 octobre.

Dans le cadre du Programme de développement solidaire (Prodeso) et du projet de Maîtrise d’ouvrage durable dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement à Bangangté (Modeab, d’un budget total d’environ 851,5 millions Fcfa), le forage de Lah-Gwy, dans la ville de Bangangté à l’Ouest a été inauguré par Son Excellence Mme Christine Robichon, ambassadrice de France à Yaoundé, le 30 octobre. Ce projet qui a bénéficié du concours des institutions financières françaises, notamment la Fondation Veolia Environnement pour le volet eau potable, a été financé à hauteur de 131 millions Fcfa (avec celui de Bandiangseu). D’après les responsables de l’infrastructure sociale, le puits de Lah-Gwy qui approvisionnera les zones du groupement Bangoua connectées au réseau, a un débit de 10 m3 par heure.
À la même occasion, la diplomate française a procédé à la pose de la 1ère pierre du nouveau campus de l’Université des Montagne (UdM) à Banekané.

L’institution universitaire qui forme, dès cette année, des ingénieurs en génie civil et mécanique, suite à l’Accord de partenariat signé avec l’École nationale d’ingénieurs de Saint-Étienne (Enise), en juin dernier. Au pas de course de la visite qui l’a plus tôt conduit dans la région du Nord-Ouest, Mme Robichon a aussi visité la Case patrimoniale de Bangoua et le chantier du captage d’eau de Bandiangseu.

Fruit de la coopération décentralisée et de la diaspora
Dans son mot de bienvenue et de remerciements, Célestine Ketcha Courtès, maire de la commune de la localité à l’honneur s’en réjouit : «À Bangangté, la solidarité internationale française est une réalité. La loi Oudin Santini votée en France est rendue palpable. Elle a permis de rendre l’accès à l’eau et à l’assainissement possible pour nos populations». Et Richard Nana Dwanang, président de l’association les Enfants du Ndé, basée à Paris (France), qui participe à la mise sur pied des projets visant l’amélioration des conditions de vie des populations de rassurer : «Nous bouclons ce jour, un début et non une fin, car il reste encore beaucoup d’âmes à satisfaire, dans notre département, notre région et dans le triangle national. La diaspora, dont nous sommes issus, peut aider le Cameroun à atteindre les objectifs de l’émergence 2035».

La diplomate française ennoblie
L’occasion faisant le larron, Mme Robichon a été élevée par les Rois du Ndé au rang de Seu Mebwô! «Mafeu» (Reine mère) : symbole d’ouverture de la Française aux cultures et traditions d’hospitalité du Peuple Medumba, mais aussi une marque de reconnaissance à l’endroit de la France, à travers sa digne représentante, pour ses nombreux appuis en faveur du développement durable de la ville de Bangangté et ses environs. «Merci Mme l’Ambassadrice pour ces projets qui épanouissent l’existence dans nos villages. Votre parcours est celui d’une battante convaincue aux idées de liberté, de justice, de tolérance, de paix et de progrès», a exprimé le représentant des chefs traditionnels du Ndé.