Cameroun : Chefferie Bamougoum , l’huile de palme divise le chef et l’un de ses sujets

Il vient d’ordonner la restitution des trois fûts d’huile de palme de Célestine Soh, pour réagir suite à certaines allégations le concernant.

Le roi des Bamougoum est depuis quelque temps, au centre d’une affaire qui défraye la chronique dans cette contrée. L’affaire Fotso Kankeu Jacques contre Célestine Soh épouse Jean pierre Soh, alimente inéluctablement les conversations des populations de cette chefferie de 1er degré. «Je suis vilipendé aujourd’hui aux yeux des Bamougoum comme un voleur», fulmine-t-il dans les colonnes de Ouest-Echos de cette semaine. D’après ce journal régional, le torchon brulerait entre les deux protagonistes depuis plusieurs semaines déjà. A l’origine, l’intronisation récusée de Célestine Soh au titre de “ Mafo ”.

Elles étaient pourtant au nombre de trois à postuler au départ. L’une des démarches à suivre afin de briguer à ce prestigieux poste traditionnel, étant de gratifier la chefferie de trois fûts d’huile de palme. Les trois prétendantes ont daigné se prémunir de cette condition. Mais seulement deux d’entre elles, seront intronisées lors de la grande parade culturelle du peuple Bamougoum dénommée  “ Nekang Pu Mugoum ”. Célestine Soh recalée et loin d’avoir digérer la pilule, n’aurait pas gardé sa langue dans sa poche selon le chef traditionnel. « Jean Pierre Soh est l’un de mes fils. Il est d’ailleurs Mbe Malele à la chefferie, et c’est moi qui lui ai donné ce titre. L’intronisation de son épouse était donc  impossible parce que cela présenterait comme si deux enfants d’une même famille se sont mariés. … », explique Fotso Kankeu Jacques.

Terrorisé, le locataire de la chefferie Bamougoum a frappé le point sur la table. Lundi dernier, il a diligenté quelques disciples, de restituer immédiatement à Célestine Soh ses trois fûts d’huile de palmes. « J’ai envoyé mon chauffeur et mes notables remettre ses trois fûts d’huile. Et je tiens à préciser que le Pdg de Congelcam n’est pour rien dans cette affaire. Parce qu’elle dit partout, qu’il a refusé que je l’intronise », a-t-il martelé. Les dits-fûts, ont ainsi été largués au domicile de Jean Pierre Soh sis au quartier Kena par Mbouda. Informée de la situation, Célestine Soh aurait déclaré selon Ouest-Echos, qu’elle répondra dès son retour dans la région de l’Ouest.