Cameroun – CAN 2016: Les éclairages de Roméo Dika sur l’hymne officiel de l’événement

Présenté le 18 septembre 2016 lors du tirage au sort de la compétition de football qu’abrite le Cameroun dès le 19 novembre prochain, le chant ne fait pas l’unanimité, ouvrant aussi les portes de nouvelles productions sans encadrement de l’Etat.

45. C’est le nombre de propositions que le comité de sélection de l’hymne officiel de la CAN féminine 2016 a reçu. Mais aucune des œuvres n’a été retenue. 237online.com C’est alors en « sauveur » que Roméo Dika et son équipe sont appelés pour produire un chant de ralliement pour la fête du football féminin. En une semaine, l’artiste qui revendique 32 ans de carrière dans le domaine musical propose donc « Hommage aux footballeuses ». Et juste après la représentation au palais des Sports de Yaoundé le 18 septembre dernier, les langues ont commencé à se délier. Sur You Tube, l’une des plateformes numériques qui proposent aux internautes des sonorités variées, l’on peut lire : « le talent des deux artistes n’est pas à discuter mais pour ce genre d’événement il fallait un autre artiste que ces deux-là. J’ai l’impression d’assister à un opéra ou un dîner où il

faut la musique douce ». Un autre assomme : «deux artistes aux voix magnifiques, mais pour quel résultat? Cette chanson est juste horrible; du moins plus qu’inappropriée pour un hymne de CAN. A mon avis, il aurait fallu quelque chose de plus rythmée, avec des paroles, un refrain entraînant et facile à retenir. Les remerciements à la FIFA et à la CAF étaient nécessaires? Bref c’est un gros flop pour moi. 6 min de perdues à regarder cette vidéo ». Il y aurait donc une dissonance dans ce que Roméo Dika et son équipe ont proposé. Un avis que le compositeur ne partage pas. Sur les antennes de TV5 lundi 26 septembre 2016, Roméo Dika a apporté quelques éclairages sur son œuvre. «En une semaine nous avons travaillé sur tout ce qui est harmonie et mélodie » informe-t-il. Et d’ajouter : « il y a une précision à faire. Celle de savoir qu’est-ce qu’un hymne ? » La réponse du compositeur est la suivante « un hymne est un chant lyrics et à partir du moment où c’est un poème on ne peut plus parler de chanson dansante. A partir du moment où on parle de quelque chose qui est lyrique, ça se rapporte à Dieu, ça se rapporte à l’esprit et c’est dans ce contexte que nous avons composé ce texte qui devait magnifier l’évènement, qui devait donner une certaine dimension spirituelle à cet évènement ».

Le bit de « Himno del Mundial Italia 90 »
Et pour cela, Roméo Dika a décidé de rompre d’avec le contexte que les amoureux du ballon rond ont savouré pendant les coupes du monde 1998, 2010 et 2014. Les chansons retenues étaient toutes d’animation du début jusqu’à la fin. Roméo Dika affirme sur les antennes de TV5 qu’il s’est inspiré de l’esprit de l’hymne de la coupe du monde 1990 : « Himno del Mundial Italia ». Avec pour objectif de faire de l’hymne de la CAN féminine 2016, une musique qui transcende le temps. « L’hymne de la coupe du monde de 1990 quand vous l’écoutez 26 ans plus tard, vous avez l’impression qu’elle vient d’être composée. Alors que la plupart des chansons dansantes au bout de trois mois on en entend plus parler » explique le compositeur de l’hymne de la CAN 2016. Est-ce que vous n’avez pas peur que ça n’entraîne pas les foules ? demande la journaliste. La précision de l’auteur est claire « il y a
des chansons d’animation c’est le cas de la chanson de Shakira lors du mondial 2010 en Afrique du Sud qui n’était pas un hymne mais une chanson qui était contenue dans un album qu’avait commis plusieurs artistes et le titre de Shakira avait seulement connu plus de succès. Ce n’était pas l’hymne de l’évènement ». 237online.com Avant de poursuivre «de façon claire, je suis resté dans le contexte de composition d’un hymne et ceux qui voudraient composer d’autres chansons doivent savoir qu’il y a la place pour tout le monde ». Pour justifier le choix d’un rythme doux, certains parlent du Slow, Roméo Dika confesse la difficulté à trouver un rythme fédérateur parmi au Cameroun où l’on compte près de 250 ethnies donc 250 rythmes. Davantage, il affirme sur en mondovision qu’il y a pas « d’identité musicale camerounaise et je suis resté dans un contexte qui peut fédérer toutes les populations ».

D’autres chansons pour la CAN 2016
L’artiste pense donc avoir fait son boulot surtout lorsqu’on lui demande pourquoi, il a invité des artistes étrangers dans son projet. Le compositeur de l’hymne de la CAN féminine 2016 reconnaît que le compartiment instrument dans cet hymne est le reflet de l’expertise qui existe dans le monde, les violons sont une affaire d’Occident, le cuivre, est aussi leur spécificité. Et de conclure que « les musiciens étrangers rentrent dans l’esprit de la CAN qui se veut un évènement planétaire. Si c’était l’hymne de la coupe du Cameroun, nous aurons uniquement fait appel aux artistes locaux ». Ceux qui veulent donc revivre le show de « We are one » (Ole Ola) de Jennifer Lopez, Pitbull et Claudia Leitte lors du mondial brésilien de 2014, ils ne seront donc pas servis par Roméo Dika. D’autres productions sont annoncées pour cet évènement. Le Collectif Macase a déjà donné les couleurs dans un rythme digne des arènes de foot en célébrant « les Amazones » qui seront au rendez-vous de Yaoundé. Beko Sadey a aussi annoncé dimanche 25 septembre 2016 dans le 20H30 de la CRTV, un chant de ralliement dans les prochains jours.