Cameroun : Aviation civile , Pistes pour un ciel sûr

En session annuelle depuis hier à Yaoundé, le Comité national de sûreté planche sur les mesures de renforcement de la sécurité dans les aéroports et l’espace aérien Camerounais.

Deux contextes majeurs ont prévalu lors de la session 2017 du Comité national de sûreté de l’aviation civile (CNS) tenu hier à Yaoundé : l’envol de la Camair-co et la croissance du trafic aérien camerounais estimé à 4% en 2016, ainsi que l’ouverture dudit trafic à de nouvelles dessertes nationales et internationales. Si le ministre des Transports (Mint), Edgard Alain Mebe Ngo’o, par ailleurs président statutaire du CNS l’a relevé pour s’en féliciter, il n’en demeure pas moins qu’il y a des défis sécuritaires à relever.

Attaques terroristes, conflits internes sont au nombre des challenges qui interpellent en effet les pays d’Afrique et en particulier le Cameroun, qui se prépare à accueillir la CAN masculine de football en 2019. En 2016, le Conseil de sécurité a demandé aux Etats membres des Nations-unies de s’employer, dans le cadre de l’Organisation de l’aviation civile internationale( OACI), à réorienter leurs normes de sûreté internationale vers des réponses plus efficaces.

Dans son allocution d’ouverture, le Mint a d’ailleurs annoncé qu’une mission de l’OACI évaluera, en avril 2018, la mise en oeuvre du Plan d’actions correctrices (PAC) issu du rapport de l’audit de sûreté conduit par elle en 2015. Ledit rapport avait alors évalué à 63,38% le taux de conformité du système de sûreté de l’aviation civile camerounaise aux normes de l’OACI, contre 54% en 2008. Même si cette progression traduit un regain de crédibilité pour l’aéronautique camerounaise, le ministre veut que le pays tienne la dragée encore plus haut.

D’ores et déjà, deux projets sont en cours d’exécution dans ce sens. A savoir, le Projet d’amélioration de la sûreté dans les aéroports du Cameroun et le Projet de développement du secteur des transports. Parmi les fruits engrangés, il y a l’acquisition des équipements de sûreté et de communication à l’aéroport international de Yaoundé, la réhabilitation des routes de patrouilles de sûreté des aéroports de Douala et Yaoundé et de leurs clôtures.