Cameroun – Autoroute Yaoundé-Douala: Des indemnisations au rabais agacent les autochtones

Après la tempête qui a soufflé au mois de juillet, imposant un arrêt des travaux, le calme règne enfin.

Les engins de la société chinoise en charge de la construction de l’autoroute Yaoundé-Douala se déploient librement à nouveau. Les populations autochtones de quatre villages de l’arrondissement de Lobo (Nkongmessa, Nkolmeyang, Tsek et Lobo) se sont soulevé au mois de juillet dernier, pour des raisons financières. Le décret n°2015/1318/PM du 15 juin 2015, portant indemnisation des personnes victimes de destruction de biens dans le cadre du projet de construction de l’autoroute Yaoundé-Douala, entre Pk 10 et Pk 20 dans l’arrondissement de Lobo, département de la Lékié, région du Centre concerne 872 villageois pour des dommages évalués à plus de 1,3 milliard Fcfa.
Mais, curieusement, seules quelques 382 personnes à dédommager pour 300 millions Fcfa environ étaient mentionnés sur la liste finale. L’un des villageois s’en sort avec 4800 F. Beaucoup de noms ont disparu, les montants ont été sérieusement cisaillés, des ayants-droit, que personne ne connait, se retrouvant dans

les listes. Le député Barnabé Eloundou dira à ce sujet : «Ce décret ne reflète en rien le procès verbal que j’ai signé. Je vais remettre aux gens que le chef de l’Etat a envoyé ici, la liste des personnes à indemniser, tel que nous les avons recensées sur le terrain ainsi que les montants à percevoir par chacun». Le maire de Lobo, François Bindzi Ebode, s’indignera aussi: «On demande aux villageois de faire des requêtes, alors que certaines victimes ne savent même plus ce qui devait leur revenir, tout ayant déjà été rasé !» Il conclura de ce fait que les requêtes ne serviront à rien.
Une situation à l’origine du blocage des travaux de l’autoroute. Il a fallu la médiation des autorités administratives et politiques, parmi lesquelles le sénateur Mama, et les ministres du Contrôle supérieur de l’Etat Henri Eyebe Ayissi et de l’Agriculture et du Développement rural (Minader) Essimi Menye et le secrétaire d’Etat à l’Education de base Benoît Ndong Soumhet pour désamorcer la bombe. Ce qui va permettre le redémarrage des travaux de construction de l’axe routier, de la borne 10 à Pk32.
La première phase de cette autoroute à venir porte sur la conception et la réalisation des cent premiers kilomètres. Ses deux voies initiales de chaque côté seront complétées par une troisième bande de passage. La route  devra être livrée avant 2019. Pour l’instant, l’on a encore à faire à des difficultés circonstancielles. Comme des spéculateurs fonciers qui ont entrepris d’acheter des terrains sur le tracé afin de se faire payer des indemnisations.
Depuis le 8 août 2011, un contrat lie la China first Highway engineering company limited (Cfhecl), entité de la China communications construction company limited (Cccc), au gouvernement camerounais. Et les détails du projet de réalisation de la route sont déjà dessinés. 237online.com Ce contrat indique que l’autoroute Yaoundé-Douala sera longue de 215 km, contre 246 km pour l’actuelle route. Les travaux démarrés en 2013 après un premier report en 2012 étaient censés durer 48 mois.
Les spécifications techniques parlent d’une voie expresse de première classe à deux fois deux voies, avec une largeur de chaussée de 30 mètres, c’est-à-dire trois fois la route actuelle. La vitesse de référence sur l’autoroute sera de 100 km/h. D’après les indications du contrat signé entre le gouvernement et l’entreprise de construction, la première phase de l’autoroute Yaoundé-Douala coûtera 568 millions de dollars, soit 284 milliards de francs CFA. Ce qui fixe le prix d’un kilomètre d’autoroute à 3.3 milliards environs.