Cameroun – Attentat de Nice: Paul Biya écrit et son Premier Ministre Philémon Yang se déplace pour présenter les condoléances du Cameroun à la France

Yaoundé s’est pressé de présenter les condoléances du Cameroun à la France. Ce grand pays d’Europe occidental, ami du Cameroun, a enregistré avant-hier, jeudi 14 juillet 2016, sa sixième attaque meurtrière en l’espace d’un an.

C’est Nice, ville capitale de la Côte d’Azur, qui cette fois-ci a sombré dans la terreur avec un bilan d’au moins 84 morts. Les victimes ont été tuées par un camion conduit par un kamikaze alors qu’elles célébraient les dernières heures de la fête nationale au lieu-dit «la promenade des Anglais».

Moins de 24 heures après ce drame, Paul Biya, le Président de la République du Cameroun, a adressé un message de condoléances à François Hollande, son homologue français. «Je condamne avec la plus grande fermeté cet acte lâche, barbare et odieux que rien ne peut justifier» a écrit Paul Biya avant d’ajouter qu’en ces heures difficiles, «mes pensées et ma compassion vont aux familles des victimes de ce tragique événement, à qui j’exprime les condoléances les plus émues. Je souhaite également prompt rétablissement aux blessés».

En exprimant aussi sa solidarité et celle du peuple camerounais au président Hollande, à son Gouvernement et au peuple français, le Chef de l’État camerounais a fait savoir que son pays qui subit aussi les exactions du terrorisme, «se tient avec détermination aux côtés de la France dans cette lutte implacable pour la préservation des idéaux de paix, de tolérance et d’humanité face à des terroristes sans foi ni loi, habités par leur seule haine meurtrière».

Peu après cette correspondance de Paul Biya, son Premier Ministre Philémon Yang s’est rendu à la résidence de France à Yaoundé dans l’après-midi de vendredi où il a été reçu par Christine Robichon, l’Ambassadrice de France au Cameroun. Y étant, le Chef du Gouvernement a signé un registre de condoléances.