Cameroun – Animaux de compagnie: Pourquoi les propriétaires ont peur des vétérinaires

De nombreux ménages peinent encore à consulter un vétérinaire, pourtant possédant des animaux domestiques sans doute vecteur de rage.

« Combien de fois allez-vous rencontrer le vétérinaire le trimestre ? ». La question a été posée par votre reporter à une vingtaine de propriétaires d’animaux domestiques de la ville de Yaoundé. Question de s’enquérir de la fréquence de ceux-ci à consulter un vétérinaire, pour l’encadrement sanitaire des animaux qui leur tiennent compagnie. Les réponses recueillies sont très peu reluisantes. Sur la vingtaine de personnes enquêtées, seulement trois sur quinze nous avouent amener régulièrement leur chien chez le vétérinaire. Les cinq autres possédants des chats nous déclarent n’y avoir jamais pensé. « Tant que mes animaux vont physiquement bien, je ne trouve pas nécessaire de faire un tour chez le vétérinaire » nous indique Patrick E. maître de deux chiens. Or dans la plupart des quartiers populeux de la capitale politique, les populations se partagent les rues avec des chiens errants. Le corps famélique, les oreilles rabattues marquées au bout des plaies béantes, les poils rebutants, foyers de parasites de toutes sortes, ils sont reconnaissables à vue d’œil. Ils sont d’autant plus reconnaissables, que leur état de santé et d’hygiène inspirent la crainte. Aucune disposition n’est prise, par les propriétaires de ces animaux. Eux qui estiment ne pas disposer suffisamment de moyen financier afin de s’y rendre chez un spécialiste. A l’évidence, Aller chez le vétérinaire est encore une gageure pour beaucoup d’entre eux. Une situation qui n’est pas sans conséquence sur leur santé.

La journée mondiale de rage, qui s’est célébrée le 28 septembre 2015, est une occasion pour le Cameroun d’insister sur le volet sensibilisation. A cet effet, un programme de vaccination et d’abattage d’animaux de compagnies est piloté par le ministère de l’Elevage, des pêches et des industries animales. L’objectif étant d’améliorer le taux de couverture vaccinale des animaux de compagnie, tout en assurant une bonne surveillance de la rage.
La rage qui est une maladie affectant les mammifères et principalement les chiens, est transmise à l’homme essentiellement par morsures ou contamination per cutanée. De l’avis des vétérinaires, elle conduit très souvent à la mort du sujet infecté, après un développement atrocement douloureux. Dans les pays où les gens meurent encore de cette maladie, les chiens sont les principaux vecteurs du virus de la rage. Sur le plan mondial, 55 000 décès de rage sont notifiés chaque année. Dans cette rubrique, 44% de décès surviennent en Afrique. Soit 24 000 personnes. Ces décès touchent le plus souvent les enfants âgés de moins de 15 ans.