CAMEROUN :: AFFRONTEMENTS : TROIS BLESSÉS À ESÉKA

Un calme relatif règne à Eséka, une commune du département du Nyong-et-Kelle. Dans les rues, les uns et les autres vaquent à leurs occupations. L’incident survenu le weekend dernier reste encore, cependant présent dans les esprits des habitants de cette localité de la région du Centre où des affrontements intercommunautaires ont eu lieu entre les autochtones et les ressortissants du Grand Nord. Bilan de l’affrontement, trois blessés graves dont deux internés à l’hôpital de district d’Eséka et un autre dont le cas jugé plus critique, évacué à Yaoundé pour des soins appropriés.

Tout serait parti d’un climat d’insécurité, marqué par des agressions et des vols à bord des mototaxis, qui règne dans la ville. Munis des gourdins, des machettes et des couteaux, les populations locales ont entrepris de se faire justice. Elles s’en sont prises aux ressortissants du Grand-Nord accusés d’être à l’origine de ces agressions. Heureusement, la prompte intervention des éléments des forces de maintien de l’ordre va permettre de mettre fin à cette justice populaire.

Au cours de la réunion de crise qui s’en est suivie, le préfet du Nyong-et-Kelle a suspendu pour quelques heures l’exercice de l’activité des mototaxis. « Je ne savais pas qu’il y avait un groupe de mototaximen reconnus à Eseka. Vous devez vous regrouper en association et contribuer à résoudre vos propres problèmes. Les groupes du Grand Nord et de l’Est sont venus légaliser leur association et j’ai rejeté parce que je ne veux pas de groupes sectaires », a indiqué le préfet du Nyong-et-Kelle, Peter Tchende.