Cameroun: 40% de la population vit en dessous du seuil de la pauvreté fixé à 738fcfa /jour

C’est pour conscientiser le public et tenter d’inverser la tendance de ce pourcentage que le projet  » accès des femmes pauvres au pouvoir d’achat et à la sécurité alimentaire au Cameroun  » vient d’organiser une rencontre à Bafoussam.

 

Dans ce taux, les femmes sont plus touchées par le phénomène de la pauvreté, car le plus souvent, les femmes démunies ont aussi une faible connaissance en nutrition et en valeur nutritive des aliments locaux. De ce fait, elles ne peuvent même pas améliorer la santé et les conditions de vie et celles de leurs familles. Afin de tenir les taureaux par les cornes, l’association des conseillers en économie sociale et familiale du Cameroun est venue remettre la pendule à l’heur à travers une compétition qui s’est déroulée à la salle de la délégation départementale de promotion de la femme et de la famille de Bafoussam.

Ces femmes ont montré les compétences nutritionnelles qui leur permettait de classer les aliments en trois groupes et donner leurs rôles en composant une recette culinaire moins chère, déterminer la qualité d’aliments à servir à la maisonnée. Il s’agit de lire et composer un repas équilibré en quantité en se servant des cartes nutrition pour tous, les conditions d’hygiènes alimentaires et de propreté à remplir pour assurer la bonne santé à chacun et chacune. Le rôle de la conseiller en économie sociale et familiale est d’aider les familles, les individus et les groupes à résoudre leurs problèmes de vie quotidienne par l’information, le conseil technique et l’organisation de formation.

Elle conseille les personnes afin de leur éviter le gaspillage, à faire le meilleur choix en fonction de leurs besoins, leurs gouts, et de leurs désirs en connaissance de cause dans tous les domaines de la vie quotidienne à savoir l’alimentation, la santé, logement, équipement, habillement, environnement ,budget, consommation, loisirs, vie sociale pour ne citer que ceux là et l’objectif ces différentes interventions de la conseillère en économie sociale et familiale est d’éviter l’exclusion sociale des familles.

En présence du délégué Minprof Ouest Jean Claude N zuffo, Mme Wandji coordinatrice du projet, des journalistes et d’autres invités ces femmes ont présenté au publics des différents mets de chez nous l’on pouvait les noter sur le couscous nkwi, le macabo râpé, le  » Tchape « , la  » tenue militaire  » etc. à l’issu des résultats, elles ont reçu des prix à la grande satisfaction de tous. Bon à savoir cette association entre 2012 et 2014 a permit à plus de 360 femme des ville de Maroua, Bamenda, Yaoundé et Bafoussam d’avoir de bonnes connaissances pratiques en nutrition en utilisant, valorisant les aliments locaux et 100 autres femmes pauvres ont amélioré leurs revenus par des activités génératrices de revenus.

Entre autre plusieurs activités sont menées, notamment la formation des formateurs, l’identification et la sélection des bénéficiaires à la base, la recherche sur la disponibilité, le prix et la valeur nutritive des aliments dans les quatre régions que couvre le projet, l’accompagnement des bénéficiaires dans l’élaboration et la mise en oeuvre de leurs plans d’affaires.