camernews-NANA-SANJO

Camair-Co : Jean-Paul Nana Sandjo pourra-t-il relever le défi ?

Camair-Co : Jean-Paul Nana Sandjo pourra-t-il relever le défi ?

Depuis le 25 juin 2014, il a officiellement pris le manche de l’aéronef Camair-Co. Au cockpit, il a remplacé Frédéric Mbotto Edimo. La passation de commandement a été faite par Robert Nkili, ministre des transports. Mais la question qu’on serait en droit de se poser serait celle de savoir si le nouveau directeur pourra faire voler plus haut dans le ciel l’Etoile du Cameroun.

Passée l’euphorie du 20 juin 2014, date au cours de laquelle le conseil d’administration ayant abouti à la désignation de Jean-paul nana Sandjo a eu lieu. place aux choses sérieuses qui consisteront à relever les défis de la performance de la compagnie nationale aérienne du Cameroun comme ce semble être le défi à relever. en tout cas, robert nkili, ministre des transports, en installant officiellement le nouveau directeur dans ses fonctions, a été suffisamment clair au regard de la feuille de route qu’il a prescrite au nouveau « commandant de bord ». mais d’emblée, on pourrait dire que le nouveau boss de la compagnie nationale n’est pas un novice en matière d’aéronautique civil, expert justement qu’il est et titulaire d’un brevet de pilotage.

Jean-paul nana Sandjo donc sait ce qu’on se doit d’attendre de lui et surtout vers quel cap il devra orienter l’aéronef Camair-Co de manière lui faire atteindre sa vitesse de croisière, c’est-à-dire faire voler plus haut « l’etoile du Cameroun ». il a d’autant plus cette responsabilité qu’il a été dans un passé très proche et en sa qualité de membre du conseil d’administration, le représentant personnel du chef de l’etat au sein de l’entreprise.

pour autant, robert nkili n’a pas manqué de lui prescrire spécialement le respect de la hiérarchie, le fait d’être à l’écoute et exécuter les consigne du président du Conseil d’administration, être disponible pour tous, car a dit en substance le ministre des transports, n’importe quel agent de la Camair-Co peut lui être d’une utilité insoupçonnable. Ce qui lui éviterait de tomber dans les travers qui ont fait naitre des divergences entre edouard akame nfoumou, pca et Frédéric mbotto edimo alors dg de la Camair-co. Selon certaines sources, ces divergences seraient nées de l’orientation que voulait donner l’ex-directeur général au sujet du plan de restructuration et surtout des déclarations à la limite tapageuse que Frédéric mbotto edimo avaient faites au sujet des financements attendus pour le relèvement de la compagnie:

« Si les financements tardent à venir, c’est à cause des manoeuvres de certains membres du conseil d’administration qui ne veulent pas me laisser travailler en paix. » allez donc savoir à  qui il s’adressait ce d’autant plus certaines sources ont affirmé que l’ex-dg de Camair-Co voulait être le seul ordonnateur des dépenses à effectuer sur les 30 milliards de Fcfa prévus pour la restructuration.

Ces mêmes sources pensent que la goute d’eau qui a fait déborder le vase était relative à la saisine le 7 juin dernier d’un avion Camair-Co à l’aéroport international de roissy Charles de Gaule à paris pour des motifs que l’on sait. C’est en cela que robert nkili dira au cours de la cérémonie soulignera que le linge sale de lave en famille. Comme on dit, on jugera le maçon au pied du mur, du moins du nombre de pieds au dessus desquels volera la Camair-Co pour le cas d’espèce.

Le nouveau directeur général et époux de la célèbre artiste musicienne Grace decca, Jean paul nana Sandjo qui est le deuxième directeur Général camerounais après Frédéric mbotto edimo sait que les attentes des camerounais sont grandes quand on sait qu’en moins de 5 ans d’existence, la Camair-Co est déjà à son quatrième directeur général : les néerlandais Boertien matthijs et alex van elk, Fréderic mbotto edimo.

 

 

camernews-NANA-SANJO

camernews-NANA-SANJO