camernews-Owona-Finke

Brésil 2014 : Finke et Owona programment l’échec des Lions

Brésil 2014 : Finke et Owona programment l’échec des Lions

Plusieurs joueurs grabataires figurent sur la liste rendue publique lundi à Yaoundé par la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), en vue du stage qui se déroulera du 20 au 31 mai prochain en Autriche, préparatoire à la Coupe du monde Brésil 2014.

A moins d’un mois de la 20e édition de la Coupe du monde de football prévue du 12 juin au 13 juillet prochain au Brésil, l’entraîneur principal de l’équipe nationale de football senior du Cameroun (Les Lions indomptables), l’Allemand Volker Finke a publié lundi à Yaoundé, une liste de 28 joueurs dont 26 professionnels et 2 amateurs, devant prendre part du 20 au 31 mai à un stage bloqué en Autriche.

La liste provisoire du Cameroun intervient quarante-huit (48) heures avant la date butoir indiquée par la Fédération internationale de football association (Fifa) aux 32 nations participantes à la Coupe du monde pour le dépôt de leurs listes provisoires. Certaines équipes qualifiées ont même anticipé en envoyant à Zurich, plutôt qu’une liste provisoire, les noms des 23 footballeurs devant prendre part à la compétition. C’est par exemple le cas des grandes nations comme la France, le Brésil et le Mexique, deux adversaires que le Cameroun va croiser au premier tour dans le cadre du groupe A.

Une curiosité.

C’est l’absence très remarquée de l’entraîneur Volker Finke, lors du déjeuner de presse organisé lundi dans la capitale politique camerounaise, pour la publication de la liste provisoire des Lions indomptables. L’Allemand, actuellement en villégiature en Europe, a contre toute attente, préféré éviter les questions de la presse nationale et internationale sur ses choix très douteux. Selon des sources bien introduites à la Fecafoot, Finke a donc faxé «sa» liste à son adjoint, Martin Ndtoungou Mpilé, qui s’est ensuite chargé de la transmettre à la fédération.

De là, les choses sont allées vite, trop vite même au goût e certaines personnes. Joseph Owona, 69 ans et président du Comité de normalisation de la Fecafoot, s’est ensuite pressé d’organiser une cérémonie sur les hauteurs du Mont Febe, non sans avoir laissé des consignes d’éconduire tous les journalistes qui dénoncent régulièrement sa mauvaise gestion du football camerounais depuis sa nomination en juillet 2013, en pleine crise électorale à la Fecafoot.
Pire, «Massayo», qui annonçait il y a quelques mois à Yaoundé, que le Cameroun pourrait venir à bout du Brésil avec des joueurs limités techniquement et tactiquement, une défense poreuse, des gardiens de but en manque d’inspiration et des attaquants vieillissants et maladroits, n’a pas jugé nécessaire d’informer ni le Team press officer des Lions indomptables, Raphaël Nkoa, un professionnel qui a apporté une nouvelle touche à la communication au sein de l’équipe nationale du Cameroun, encore moins le ministre des Sports et de l’éducation physique, Adoum Garoua.

C’est donc Laurence Fotso chargée de la Communication à la Fecafoot, qui a eu le privilège d’annoncer les 28 noms des joueurs présélectionnés, ainsi que les deux de la liste d’attente à la presse nationale et internationale. Cette employée de la Fecafoot était aux côtés de Martin Ndtoungou Mpilé lors de cet exercice.

Des surprises.

La grande surprise de cette liste est la convocation de deux joueurs amateurs évoluant dans le championnat camerounais de première division. Il s’agit du gardien de but de Cotonsport de Garoua dans le Nord, Loïc Fedjou, et son défenseur, Cédric Djegoue. Et pourtant, il y a quelques mois, le coach des Lions indomptables avait clairement indiqué, qu’aucun joueur local n’avait ni les qualités techniques nécessaires, ni le profil physique et mental pouvant lui permettre de joueur avec l’équipe nationale.

Sous la pression des autorités et du public nostalgique des années 80 à 90 où la sélection nationale était à majorité constituée de footballeurs évoluant au Cameroun, Volker Finke avait organisé deux stages de locaux au Centre technique de la Confédération africaine de football à Mbankomo, banlieue située à 30 km au Sud de Yaoundé, sans pour autant parvenir à dénicher la perle rare. C’est du moins ce qu’il avait laissé entendre, au point de s’attirer les foudres de Roger Milla, icône du football camerounais et mondial et d’autres personnalités de la République.

Au-delà de ces surprises, tous les autres joueurs conduits par le capitaine Samuel Eto’o sont des habitués de la sélection nationale. Il s’agit de 4 gardiens de buts, 8 défenseurs,  10 milieux de terrains et 6 attaquants évoluant en France, en Espagne, en Turquie et en Angleterre. Des habitués de la sélection, mais sont-ils vraiment à la hauteur ?

Il est en réalité difficile de répondre à cette question par l’affirmation, au vue des performances exceptionnellement médiocres, aussi bien en club qu’en équipe nationale, de certains joueurs, tels Achille Webo, Landry Nguemo, Idrissou Mohammadou et Alexandre Song, titulaire des bancs de touches du Fc Barcelone depuis deux saisons. Webo est un attaquant qui fait montre de carences techniques et tactiques. Il n’est pas capable de dribler un adversaire, ni réussir un contrôle sans marcher sur le ballon, encore moins assurer une passe à l’un de ses coéquipiers. En plus, sa vision de jeu est nulle. Etonnant pour un professionnel !

Quand à Mohammadou Idrissou, sa présence depuis plusieurs années dans les rangs des Lions indomptables est davantage due à l’équilibre régional et non à ses performances. Idem pour Landry Nguémo, joueur des Girondins de Bordeaux en France qui n’a pas foulé la pelouse depuis plusieurs mois. D’autres joueurs suscitent des interrogations de part leur simple présence, c’est le cas de Fabrice Olinga, Raoul Loé et Danny Nounkeu, etc. Alors que Sébastien Bassong, l’un des meilleurs défenseurs du championnat d’Angleterre n’a pas été présélectionné, contre toute attente. A cause des lobbies, le capitaine de Norwich city va manquer la Coupe du monde.

Liste d’attente.

Elle est constituée de Franck Bagnack de la réserve du FC Barcelone en Espagne et Guy Zock le sociétaire de Cosmos de Bafia au Cameroun a également été publiée. Ces deux joueurs pourraient éventuellement être appelés en renfort en cas de blessure ou tout autre cas d’indisponibilité d’un joueur durant le stage qui se déroulera du 20 au 31 mai en Autriche.

Il n’y a donc rien à attendre d’une telle liste. En conclusion, comme disait René Dumont à l’Afrique en 1962,  le Cameroun mal parti. Il ne serait d’ailleurs pas exagéré d’affirmer, au terme de cette analyse, qu’à cause de Joseph Owona éconduit du palais de l’Unité la semaine dernière à cause de son bilan négatif au Comité de normalisation (le chef de l’Etat serait très en colère, selon des sources du palais), les Lions indomptables sont véritablement programmés pour échouer.  Et les responsables de cette déroute planifiée devront rendre gorge !

Le Cameroun est mal parti

Les pouvoirs publics avaient pourtant pris des mesures adéquates pour renforcer l’équipe nationale avec de jeunes joueurs. A cet effet, une délégation constituée de responsables de la Fecafoot et du ministère des Sports s’est rendue en Europe il y a quelques mois, à l’effet de négocier le retour à leur patrie d’origine, de Samuel Umtiti de Lyon, George Paul Ntep de Rennes, Jean Christophe Bahebeck de Valenciennes, non sans relancer la piste David Ngog. Etc. Au final, des centaines de millions volatilisés pour rien. Aucun de ces joueurs pourtant prometteurs n’a été appelé par le coach Volker Finke qui préfère composer avec des footballeurs au crépuscule de leur terne carrière.

L’avenir s’annonce donc incertain pour le Cameroun. Les supporters des Lions indomptables très déçus par la qualité des joueurs convoqués ne seraient pas surpris si leur équipe se retrouvait dans les profondeurs du classement général, comme en 2010 en Afrique, quand la bande à Samuel Eto’o, minée par la guerre des clans, avait occupé le dernière place sur les 32 équipes participantes au Mondial.

Selon le programme de préparation communiqué il y a quelques semaines par la Fédération camerounaise de football, ce regroupement sera entrecoupé par des matches amicaux, notamment le 26 mai contre la Macédoine puis le Paraguay trois jours plus tard. Le Cameroun livrera une troisième rencontre de préparation, le 1er juin, à Mönchengladbach, contre la sélection allemande également qualifiée pour la Coupe du monde où elle va affronter au premier tour le Portugal, les Etats-Unis et le Ghana.
Détenteur de quatre Coupes d’Afrique des nations (1984, 1989, 2000 et 2002) et d’une médaille d’or olympique en 2000, le Cameroun débutera le Mondial brésilien face au Mexique le 13 juin, avant d’affronter la Croatie et le Brésil lui-même les 19 et 23 juin dans le cadre du groupe A.

C’est la septième participation de la sélection camerounaise à ce grand rendez-vous sportif après 1982 en Espagne, 1990 en Italie, 1994 aux Etats-Unis, 1998 en France, 2002 en Corée-Japon et 2010 en Afrique du Sud.  Les Lions indomptables avaient fait sensation lors du Mondial italien en battant en match d’ouverture le champion en titre, l’Argentine de Diego Maradona, et en manquant de justesse d’éliminer en quart de finale l’Angleterre, une première pour une équipe africaine.  C’est cet exploit qui avait permis une augmentation à trois le nombre de places accordées à cette époque à l’Afrique à la Coupe du monde, un nombre passé aujourd’hui à cinq places.

 

camernews-Owona-Finke

camernews-Owona-Finke