camernews-Essaim-Abeilles

BOKO HARAM SE TRAVESTIT EN ABEILLES À POLI

BOKO HARAM SE TRAVESTIT EN ABEILLES À POLI

Alors qu’il était en tournée de prise de contact dans le département du Faro, le Gouverneur de la région du Nord a été victime le Mercredi 26 Novembre 2014, d’une attaque d’un Boko Haram d’un autre genre.

A Poli, un essaim d’abeilles est venu perturber la cérémonie ; s’attaquant à deux reprises à l’assistance et mettant prématurément un terme à la visite officielle.

Les faits

Le Faro et Déo est l’un, des départements frontaliers avec le Nigéria où sévit la secte islamiste Boko Haram. Il est surtout prospère en dépit du retard qu’il accuse dans son développement. Les routes sont presqu’inexistantes et les populations vivent plus des produits du Nigéria voisin que de ceux de leur propre patrie. Il se dit ces derniers temps que l’on y aurait découvert un important gisement d’uranium doublé d’or. Mais l’indigence fait également partie du vécu quotidien des populations. C’est pour apporter du réconfort à ses compatriotes que Jean Abate Edi’i est allé les rencontrer et leur porter le message du gouvernement.

Mal lui en a pris et il n’est pas prêt à oublier ce qui lui est arrivé. Tout avait pourtant bien commencé avec le mot de bienvenue du Maire de Poli devant une auguste assemblée au sein de laquelle trônaient six (06) lamidos. C’est au moment où le Gouverneur Abate Edi’i commence à s’adresser aux populations qu’un essaim d’abeilles venu de nulle part surgit et s’attaque à tout le monde, même aux forces de maintien de l’ordre pourtant fortement armées pour la circonstance pour faire face à toute éventualité. Mais face à cette force de la nature, les militaires et les civils se sont retrouvés désarmés et chacun a trouvé refuge dans les véhicules dont on avait fait monter les vitres pour échapper à la morsure des insectes. Pendant près de 45 minutes, le gouverneur et ses hôtes seront à l’abri de cette attaque naturelle.

Croyant que les attaquants s’étaient retirés, la cérémonie avait repris. Mais c’était sans compter avec la hargne et la témérité des abeilles. Elles sont revenues à la charge, plus nombreuses que lors du premier passage. Une fois de plus l’assistance ira se réfugier et les lamidos n’auront que leurs énormes gandouras pour se mettre à l’abri des piqures des abeilles. Ce « Boko Haram » était plus intrépide, plus agressif que son homologue humain.

Et ce qui devait arriver, arriva. La cérémonie prit fin prématurément. Le gouverneur de la région n’avait d’autre issue que de regagner Garoua. Comme quoi, la secte islamiste n’est pas le seul danger auquel sont exposées les populations. La pire des agressions peut aussi bien venir de la nature. Il faut par conséquent faire preuve de vigilance à tout moment et la leçon vient de nous être infligée par un essaim d’abeilles.

 

 

camernews-Essaim-Abeilles

camernews-Essaim-Abeilles