camernews-Boko-Haram

BOKO HARAM DÉPOUILLE LE CENTRE DE SANTÉ DE NGUÉTCHÉWÉ

BOKO HARAM DÉPOUILLE LE CENTRE DE SANTÉ DE NGUÉTCHÉWÉ

Plusieurs villages de l’arrondissement de Mozogo continuent de subir les incursions des éléments de la secte islamiste. Le dimanche 1 novembre 2014 vers 17 h, le centre de santé de Nguétchéwé a été dévalisé par des hommes présentés comme étant des membres de Boko Haram. Un vol survenu au moment où le chef de centre, Gérard Garam, était en formation à Maroua. «Ils ont vidé la petite pharmacie et le congélateur qui contenait les produits de laboratoire avant d’emporter la moto du chef du centre garé à l’hôpital», raconte un témoin.

Selon Abba, coordinateur de la santé du diocèse de Maroua-Mokolo, les patients qui étaient couchés dans les salles d’hospitalisation ont indiqué que les assaillants étaient au nombre de neuf venus sur trois motos. Et dès qu’ils sont arrivés, ils ont demandé où se trouvaient les infirmiers. L’infirmier Gatama Noël qui était de garde ce jour a eu la vie sauve en sautant par la fenêtre dès qu’il a aperçu les hommes armés. Mme Asta qui devait prendre la relève de la permanence a aussi suivi son collègue par la fenêtre.

La brigade de gendarmerie de Mozogo est arrivée le lendemain pour constater les dégâts. Ausi, le 16 novembre 2014 vers 14 h, des hommes armés sont entrés dans le marché hebdomadaire de Goldavi, une localité de l’arrondissement de Mozogo, pour emporter de nombreux produits de première nécessité. Les marchés locaux de Goudjemdélé et Malika dans l’arrondissement de Mora ont également vécu la même situation.

Une semaine avant l’attaque du centre de santé de Nguétchéwé, le lawan de Mousssari cherif, Boukar Blama, a été enlevé. Jusqu’à ce jour, les autorités locales n’ont aucune trace de ses ravisseurs. Le 18 novembre 2014, les nommés Kouboua et Talaka Guidjio ont été tués par des membres de Boko Haram respectivement dans les localités de Vreket et de Hourbech. Des membres de la secte islamiste ont également emportés deux motos à Talakachi. Ces derniers jours, ils ont multiplié les vols de motos.

 

camernews-Boko-Haram

camernews-Boko-Haram