Bientôt un centre d’hématologie à Yaoundé

La société française des réactifs s’est engagée à construire au Cameroun une unité de production en biochimie.

« L’usine commencera à tourner d’ici le mois de décembre », a promis Gille Mougin, président directeur général de la Société française des réactifs et d’instruments (SFRI) à l’issue d’une rencontre le 1er juillet 2015 avec Madeleine Tchuinté, ministre camerounaise de la Recherche scientifique et de l’Innovation (Minresi). La société française des réactifs et d’instruments, spécialisé dans les analyses de biologie humaine, va permettre au Cameroun de mutualiser ses recherches dans le secteur de la biochimie.
C’est pourquoi l’unité qui sera implantée à Yaoundé, fruit d’un partenariat entre le gouvernement du Cameroun et la France, va permettre à l’Institut de recherches médicales et d’études des plantes médicinales (Impm) de bien mener les recherche sur la fabrication de réactifs.
Le directeur de la Sfri, venu présenter ce projet au Minresi, a tablé sur les avancées enregistrées dans la concrétisation de la mise en place de cette unité

médicale dans notre pays. Ce projet va répondre à la demande nationale, sous régionale et régionale en matière de fabrication de réactifs.
Pour Gille Mougin, ce projet générateur d’emplois et de richesses peut se substituer à la biologie en apportant une production locale de réactifs, qui sont des analyses de routine locale. Surtout que cette structure a pour mission « d’assurer le développement de la recherche, dans toutes les disciplines médicales en vue de l’amélioration des conditions de santé, par une meilleure connaissance des aspects pathologiques, thérapeutiques, préventifs et nutritionnels des populations » explique son promoteur. L’avantage de l’implantation de cette unité à l’Impm est qu’elle permettra au centre « d’accroitre ses compétences dans les recherches et aux formations hospitalières du pays d’améliorer la qualité des soins » poursuit-il.
Toutes les conditions sont donc retenues pour la mise en place du projet. La direction de l’Impm indique que les financements ont déjà été bouclés. Le centre spécialisé en biochimie et en hématologie existe depuis 1977 et est présent au Cameroun depuis 7 ans, où elle avait déjà accompagné la construction d’une usine de réactifs et assuré la formation de ses personnels.