Basilique de Bangangté : Un ouvrage hautement dangereux !

Inaugurée le 31 Mai 2015, la tension des riverains monte d’un cran à cause des éboulements du talus face arrière qui englouti leurs habitations.Dans les artères et les points chauds de la ville de Bangangté, les commentaires font état d’une « paroisse de l’EEC construite pour tuer ». La pluie diluvienne qui s’est abattue ce jeudi 23 juillet 2015 dans la cité a été sans pitié. Les eaux de ruissellement provenant de la basilique se sont frayées trois grandes fissures sur le talus, occasionnant la coulée de la terre boueuse vers les maisons situées en aval. Rendus sur les lieux, les habitants situés en contrebas, expriment leur colère. Ils craignent même qu’une catastrophe naturelle se produise si aucune mesure n’est prise.

« Ce n’est pas sérieux ce que nous vivons. Les vies humaines sont en danger », a lancé un habitant du quartier. Pour un projet de telle envergure, les initiateurs n’auraient-ils pas dû intégrer l’étude de l’impact environnemental avant toute chose ? Une grosse canalisation en l’occurrence jusqu’au cours d’eau situé plus bas ferait l’affaire. « Nous avons fait cette proposition à la promotrice qui nous a plutôt snobés. Nous croyions qu’elle trouverait les solutions avant l’inauguration par le ministre Martin Belinga Eboutou (Directeur du cabinet civil de la Présidence de la République, Ndlr) », a réagit un autre habitant.

M Kwuilang, l’un des superviseurs du chantier rencontré, trouve des justificatifs. « Nous avions prévu des structures de canalisation. Elles ont été bouchées pendant la cérémonie d’inauguration. La pluie d’hier a été si intense que les supports prévus à cet effet n’ont pas opposés la résistance qu’il fallait face à la force des eaux. On dit souvent chassez le naturel, il revient au galop. Nous sommes là pour prendre des mesures nécessaires et limiter la grogne des habitants. Je vais aussi vous rappeler que ce projet a crée des détracteurs dont leur seul souci se résume à trouver les failles du projet aux fins d’organiser la cabale médiatique contre la promotrice et contre l’Eglise Evangélique du Cameroun ».

Du côté des plaignants comme du côté de la partie défenderesse, la réalité est là, la vérité ne se casse pas. « Les moyens financiers déployés pour l’inauguration pouvait réaliser ces travaux de sécurisation du site. Il faut contenter et rassurer les populations plongées dans la psychose », tempère un autre habitant.

Dans l’une de nos publications, nous titrions : « une basilique à polémique inaugurée à Bangangté ». Le temps nous donne raison. Vivement ! Que les solutions soient promptes afin que la prédication continue.