Barrage de Memve’ele: On prépare la réception provisoire

Une réunion technique de l’unité opérationnelle a eu lieu à cet effet, jeudi dernier à Nyabizan.

Jeudi, 30 mars dernier. La date marque un important tournant dans la réalisation du projet de construction du barrage hydroélectrique de Memve’ele dont la fin des travaux est fixée à juin 2017. En effet, les bureaux de cet imposant ouvrage ont été choisis par l’unité opérationnelle du Projet Memve’ele pour une réunion technique dont l’unique point à l’ordre du jour a porté sur la préparation de la réception provisoire du barrage. Entouré de son staff, Dieudonné Bisso a voulu dessiner les contours de cette étape qui se situe dans la dernière ligne droite de la mise en service définitive du barrage hydroélectrique de Memve’ele. Le projet, inscrit au cœur de la politique des « Grandes réalisations » du chef de l’Etat et mis en œuvre par le gouvernement, se pose comme une réelle offre additionnelle énergétique devant renforcer le réseau interconnecté-Sud de ses 211 MW d’électricité.
Les travaux de construction du barrage hydroélectrique de Memve’ele sont aujourd’hui estimés à 96%. En fait, l’essentiel à réaliser encore porte sur l’achèvement des voies internes, longues de 17 kilomètres, et la finition de l’usine de production proprement dite. Ici, ingénieurs chinois et camerounais s’investissent à terminer les installations des 3e et 4e turbines de 52 MW chacune. A ceci, on ajoute deux autres composantes d’importance : la construction, d’une part, de la ligne d’évacuation de l’énergie produite à Yaoundé, via Ebolowa, et, d’autre part, le bitumage de la route Nyabizan-Meyo-Centre, longue d’environ 95 kilomètres.
Au sujet de la réalisation de la ligne de transport de l’énergie produite, un accord de prêt a été signé à la fin du mois de février dernier entre le gouvernement et Exim-Bank of China. A ce jour, plus de 280 pilonnes des 294 prévus entre Nyabizan et Ebolowa ont été posés. Le poste de Djop, dans la banlieue de la capitale régionale du Sud, est presqu’achevé. Autant dire que dans quelques semaines, l’électricité produite à Memve’ele pourra être disponible à Ebolowa.