Banques : A quoi rime la penurie dans les agences

Banques : A quoi rime la penurie dans les agences

Depuis quelque temps, les petites coupures de 500 à 2 000 Fcfa se font rares, au même titre que les pièces pourtant indispensables dans certaines transactions monétaires. Situation qui crée malheureusement le courroux des usagers et spécialement des commerçants de tous bords.

La pénurie observée ne semble épargner aucune institution bancaire, au point que bon nombre de celles-ci en sont à servir les clients avec des billets très usagers si ce ne sont recyclés, alors que ces derniers étaient plutôt voués à une sortie des circuits traditionnels, pour un remplacement conséquent par de nouvelles coupures. Et c’est bien ce motif qui semble justifier la situation de pénurie observée, même si cela ne devrait guère se justifier étant entendu que le renouvellement desdites coupures et même des pièces devrait plutôt obéir à une fréquence connue et maîtrisée par les opérateurs de la filière bancaire.

Bien évidemment, ces dernières peuvent toujours rétorquer que n’étant pas des banques d’émission, il leur est difficile de maîtriser la production des coupures et autres pièces. Pourtant, il reste constant que les agences des différentes banques de la place ne souffrent que très peu de cette situation, tant il est vrai qu’elles réussissent malgré tout à satisfaire la majorité de leur clientèle respective, quand bien même cela l’est en billets usagers, comme nous l’avons précédemment dit. Néanmoins, la situation a engendré de réelles tensions entre les usagers et lesdites agences réduites à tempérer les ardeurs plutôt belliqueuses des usagers.

Du coup, on en vient à se demander si la pénurie est plutôt à mettre à l’actif de l’impératif d’introduire de nouvelles coupures et même de nouvelles pièces. Et quand même si cela serait, alors on retombe inéluctablement sur l’impréparation si ce n’est pire la navigation à vu dans l’institution d’émission sous régionale. Et comme on sait que ladite institution d’émission est assujettie au trésor français, on pourrait y voir quelque manoeuvre insidieuse visant à développer l’inflation et à ralentir conséquemment les flux financiers.

Et ainsi partie, l’économie nationale ne peut qu’en pâtir à moins pour les banques de trouver au plus vite une solution à cette situation incommodante.

 

camernews-banques

camernews-banques