camernews-Leon-Tuam

AVEC SES PAS DÉCISIFS VERS LES ARMES RUSSES ET CHINOISES…

AVEC SES PAS DÉCISIFS VERS LES ARMES RUSSES ET CHINOISES, DÉJÀ JE VOIS L’ARAIGNÉE TOILIÈRE PAUL BIYA HORS DE LA TOILE

Depuis l’échec des Résistants camerounais de l’UPC dans leurs efforts pour donner au Cameroun une vraie indépendance, une indépendance charnue ou substantielle, il n’y a jamais eu de belles saisons pour le Cameroun pris comme un tout. Le peuple n’a jusqu’ici connu que de sales temps et sales temps, et doit se préparer encore pour de très sales temps.

A l’orée de cette année 2015, une année dans laquelle les Camerounais malgré leurs innombrables et innommables difficultés ont placé et placent beaucoup d’espoirs (paysans, citadins, vendeurs à la sauvette, enseignants, commerçants et hommes d’affaires, pauvres, riches, parti au pouvoir, opposants politiques, etc.), je n’ai pas l’intention de leur servir de la brume dans une atmosphère camerounaise déjà brumeuse.

Seulement, je lis juste avec honnêteté les signes qui sont là, puis je fais des pas en arrière dans l’histoire du Cameroun, dans celle des pays francophones et africains dominés ; je regarde aussi attentivement et froidement dans l’histoire des prédateurs qui depuis longtemps envient nos richesses et y ont mis leurs lits, et je trouve que ça doit aller très vite et très mal pour le Cameroun.

Au pouvoir au Cameroun il se trouve un homme déjà très vieux qui est là depuis plus de 32 ans et qui n’a rien produit, qui est resté stérile et vide comme un caillou qui roule sans intermittence ; un homme qui y a fait ou y a laissé pousser et se développer tous les vices de la terre et qui –entouré et flagorné par une poignée de cruels profiteurs pouilleux— se croit toujours bon, important et voire nécessaire pour le pays.

En ces jours où une rébellion commanditée déchiquète le nord du pays, si Paul Biya s’était assagi au long de son long parcours et s’était entouré des patriotes sages tout en ayant d’oreilles pour eux, il laisserait carrément et rapidement sa place à un autre citoyen plus jeune et assez compétent pour redonner espoir, vie, paix, justice, joie, prospérité et sens de fraternité au peuple camerounais.

Mais son égoïsme viscéral et la peur des lendemains incertains liée à ses trahisons et ses bas et nombreux crimes le confinent à la fois dans un aveuglement et un entêtement enfantins et primitifs.

Paul Biya est une araignée toilière politique cruelle qui a su de ses belles toiles ouvertes ou dissimulée saisir et anéantir tant de proies qui autour ou loin de sa toile ont eu l’air de prédateurs ou de menaces à son pouvoir.

Mais avec la nouvelle donne au nord du Cameroun et la certitude de paix précaire à la frontière Est du Cameroun, Paul Biya a fait des pas raisonnables en se tournant vers la Russie et la Chine, mais un choix pour lequel il risque payer de son pouvoir égoïste et de sa vie. A moins qu’il y renonce pour plaire aux pilleurs étrangers du pays et remplir leurs attentes, à tout moment partout, tout peut désormais arriver à Paul Biya.

Si l’on me demandait si ce serait par patriotisme que Paul Biya a choisi de se tourner vers la Russie pour des armes de pointe afin de faire face à la rébellion du nord Cameroun sponsorisée par des prédateurs étrangers, je répondrais par un gros NON ; car les marionnettes ou valets ne sont jamais des patriotes.

Ces dirigeants-valets africains peuvent selon le temps ou le vent qui souffle poser quelques actes ou faire quelques déclarations incendiaires qui leur attirent des sympathies et appuis de quelques citoyens naïfs ; mais après tout, ils restent des traîtres, des égoïstes congénitaux conçus dans la trahison et qui ont longtemps séjourné dans les eaux de la trahison à tel point qu’ils n’en sortiront que pour rencontrer la mort ; ils sont comme des jeunes têtards.

Je dirais instamment que très vite, l’Occident-punisseur va faire payer à Paul Biya ce qu’il regarde comme une haute trahison, un crime de lèse-majestés. Monsieur Biya est-il bien placé pour éviter ce coup ? Ici encore je dis, NON.

Non seulement le peuple dans son ensemble ne le veut pas à cause de tous les crimes du système vicieux et maffieux dont il a hérité et renforcé puissamment à son avantage et à celui des amis, mais aussi les armées camerounaises, la police et la gendarmerie sont minées ou infestées par des espions à la solde des services étrangers.

Aussi perçois-je l’accueil et la présence de l’armée tchadienne au Cameroun comme une erreur, comme une mauvaise chose, mais inévitable pour un homme qui a passé le temps au pouvoir à protéger son pouvoir et non à construire le pays. Dans un texte récent je n’ai pas salué cette présence et ne change pas ma position.

Avec les nouveaux choix de Paul Biya, à tout moment et partout, tout peut désormais lui arriver : Dans son lit au Palais, dans la voiture, à M’vokmeka, en

occident, dans l’air, par terre… Il s’est ouvert les portes de l’enfer le jour qu’il a donné le dos à son peuple, et s’enfonce dans cet enfer en voulant demeurer au pouvoir au lieu de laisser la place à certains vaillants citoyens pour récupérer et ériger un pays juste, paisible, dynamique et fort.

Monsieur Biya n’est pas du genre à céder ce qui lui avait été cédé, et c’est pourquoi il se dégage qu’il ne se dégagera jamais sans une déplorable épreuve de force. L’indifférence et la léthargie de Paul Biya font partie des causes de la situation qui se vit au nord du Cameroun, et ceux qui font de cette guerre un prétexte pour le maintien du despote au pouvoir sont malhonnêtes ou sans vision.

Toutefois, les patriotes et souverainistes camerounais doivent dissocier les crimes d’un individu et d’un régime éphémères et odieux du Cameroun qui restera après eux, et continuer de s’organiser et de soutenir massivement et concrètement les soldats qui se battent vaillamment au front. Uni, solidaire, patriote et agissant intelligemment et sans rancœurs, le peuple d’Um Nyobé triomphera de tous les barbares et brillera.

Léon Tuam

 

camernews-Leon-Tuam

camernews-Leon-Tuam