camernews

Au tribunal : Papillon condamné à 4 mois d’emprisonnement

Au tribunal : Papillon condamné à 4 mois d’emprisonnement

L’artiste musicien camerounais a été reconnu coupable au Tpi de Douala-Ndokoti, dans une affaire d’escroquerie et d’usurpation de titre.

L’artiste musicien camerounais Ferdinand Din Din alias Papillon est condamné à 04 mois d’emprisonnement ferme. Le Tpi de Douala-Ndokoti qui décerne un mandat d’arrêt et un mandat d’incarcération contre l’artiste, le condamne également à verser 90 000 F. Cfa d’amende et des dépends liquidés à la somme de 1 427 500 F. Cfa. Papillon devra en outre reverser la somme de 28 550 000 F. Cfa au plaignant, un homme d’affaire tchadien, pour réparation de tous les préjudices. Cette décision du Tpi de Douala-Ndokoti a été prise lors de l’audience correctionnelle du 25 septembre 2015 qui statuait sur des faits d’escroquerie, d’usurpation de titre et menaces simples.

Le Tpi fixe la durée de la contrainte par corps à 02 ans « au cas où il y aurait lieu de l’exercer». La décision du Tpi de Douala- Ndokoti vient ainsi mettre fin à une affaire qui date de 2013. Le 27 mai 2013, l’artiste était présenté chez le procureur de République après une garde à vue de quatre jours dans les cellules de Délégation régionale de la police judiciaire du Littoral (Drpjl). Il lui était notamment reproché d’avoir extorqué la somme de 550 000 F. Cfa et de s’être fait passer pour un commissaire de police dans une affaire d’escroquerie, dont a été victime le sieur Zakaria Abakar Terio, un homme d’affaires tchadien.

« Commissaire pape »

L’interpellation de Papillon intervient à la suite d’une plainte déposée à la Police judiciaire (Pj) le 22 mai 2013 par Zakaria Abakar Terio contre le nommé Matala Diallo. L’implication de l’artiste a été décelée au cours de l’enquête menée par la police. Dans la plainte déposée à la police, Zakaria Abakar Terio expliquait qu’il a été victime d’une escroquerie de la part de Matalo Diallo. Celui-ci lui a fait savoir qu’il a des connexions avec l’un des organismes des Nations Unies et qu’il lui fera gagner des marchés du transport des vivres du Programme alimentaire mondial (Pam).

Le plaignant dit s’être ensuite rendu compte qu’il était victime d’une supercherie dans laquelle il avait déjà été extorqué de la somme de 23 300 000 F. Cfa par le sieur Matalo Diallo et ses complices. Un des complices a joint le plaignant par téléphone, lui réclamant encore la somme de 2 500 000 F. Cfa pour la suite des modalités. Le plaignant a saisi l’occasion et a tendu une embuscade. Matalo Diallo, le présumé escroc, a été interpellé. Lors de sa conduite au commissariat de Bonamoussadi, le suspect a tenté de s’enfuir. Le plaignant a expliqué à la police que Ferdinand Din Din, alias Papillon, vêtu d’un t-shirt treillis, s’est présenté à eux ce moment-là, comme le commissaire de police « Pape ».

Il aurait ensuite invité les deux parties dans son domicile pour un arrangement à l’amiable. Le Jour a appris que cette initiative de Papillon lui a permis de bénéficier de la somme de 500 000 F. Cfa du plaignant. Et de 50 000 F. Cfa de plus, représentant les frais de téléphone. Lors de son audition à la Pj, Papillon avait nié les faits.

 

camernews

camernews