camernews-kemit

Au Cameroun, la start-up Kemit Ecology transforme les déchets végétaux en charbon écologique

Au Cameroun, la start-up Kemit Ecology transforme les déchets végétaux en charbon écologique

Depuis juillet 2014, date de lancement des activités de la start-up Kemit Ecology par deux jeunes entrepreneurs camerounais, les ménages de la ville de Douala, la capitale économique du pays, ont accès au charbon écologique obtenu grâce à la transformation des déchets végétaux récupérés dans les marchés et les ménages.

En effet, en écumant les marchés et certains quartiers de la capitale économique du pays à bord d’un tricycle, les promoteurs de Kemit Ecology collectent divers résidus, qui sont «d’abord séchés à 105°C, puis carbonisés dans un four. Les cendres noires ainsi obtenues sont ensuite associées à de l’eau et à une matière à base de kaolin afin d’obtenir des sortes de morceaux de charbon, qui seront conditionnés et vendus dans des sacs de 1 à 40 Kg», décrit l’AFP dans une dépêche consacrée à ce projet d’économie verte au Cameroun.

Grâce à ce procédé, cette start-up camerounaise produit jusqu’à une tonne de charbon écologique par mois. Cette capacité de production, selon les promoteurs de Kemit Ecology, peut cependant atteindre 20 tonnes par mois, si l’entreprise parvenait à trouver des financements lui permettant d’accroître son niveau d’activité.

Moins cher et deux fois moins polluant que le charbon de bois, le produit de Kemit Ecology permet surtout de préserver l’environnement, en évitant la destruction de la mangrove de Douala. En effet, c’est dans cette mangrove que les producteurs de charbon coupent la matière première nécessaire à la production des 90 tonnes de charbon consommées chaque mois par les ménages de la capitale économique du Cameroun.

Pour rappel, malgré la percée du gaz domestique et celui des fours électriques dans une moindre mesure, le charbon de bois demeure la principale source d’énergie des ménages au Cameroun du fait de son prix relativement abordable. L’usage de cette source d’énergie est encore plus important dans la partie septentrionale du pays et l’ensemble des zones rurales camerounaises.

Afin de réduire l’effet néfaste de la production du charbon de bois sur l’environnement, le gouvernement discute actuellement avec des partenaires canadiens, dans l’optique de monter une usine de production du charbon écologique dans le pays. Si ce projet venait à se réaliser, la nouvelle unité industrielle trouvera sur le marché Kemit Ecology, une start-up locale en quête de financements, et qui malgré ses moyens limités va déjà au charbon depuis juillet 2014 pour protéger l’environnement.

camernews-kemit

camernews-kemit