camernews-kolofata

Attentats de Kolofata: Le point sur la prise en charge des blessés

Attentats de Kolofata: Le point sur la prise en charge des blessés

Selon  le Dr Vohod Deguimé, directeur de l’hôpital régional de Maroua, la situation clinique de ces patients est «stable».

Le 2 juin dernier, la ville de Kilofata, frontalière avec le Nigéria, a été une nouvelle fois victime d’une attaque terroriste de la secte Boko Haram. Deux kamikazes, dont l’âge se situe entre 10 et 15 ans, portant chacun des ceintures explosives ont réussi à s’introduire dans un camp de déplacés de la localité de la Région de l’Extrême-Nord.

Se faisant passer pour des déplacés et de véritables nécessiteux implorant de quoi manger aux autres résidents du camp,  ils ont dissipé tout soupçon. Profitant de la compassion et de l’accueil chaleureux dont ils ont commencé à bénéficier,  ils ont chacun à son tour actionné leur charge explosive, faisant 11 morts dont eux-mêmes.

Parmi les 10 civils, sept sont de sexe féminin et trois de sexe masculin, dont un nourrisson âgé d’environ un mois et demi. Ils ont immédiatement été pris en charge sur instruction du Gouverneur de la Région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakary. Référés à l’hôpital régional de Maroua, ils étaient arrivés dans un état inquiétant.

«Quatre blessés jugés graves par le corps médical du district de santé de Kolofata avaient été immédiatement évacués à l’hôpital régional de Maroua; les autres ont été amenés à l’hôpital de district de Mora et c’est de là que sont sortis les six autres blessés que le personnel de santé de la place a décidé d’évacuer aussi à Maroua afin qu’ils puissent bénéficier des soins appropriés», rapporte Cameroon Tribune en kiosque ce lundi.

Il s’agit là des cas de polytraumatisme, apprend-on. «Il y a là des cas de fractures à l’instar de ce bébé de moins de deux mois et sa maman, des cas de blessures pénétrantes,  des cas de traumatismes crâniens. Sur les 10 cas, 7 ont subi une intervention chirurgicale».

Selon  le Dr Vohod Deguimé, directeur de l’hôpital régional de Maroua, la situation clinique de ces patients est «stable». Ces victimes sont aux bons soins du personnel médical de l’hôpital régional de Maroua. Les soins leur sont gracieusement administrés. 24h/24, comme prescrit par le Chef de l’État, indique le quotidien gouvernemental.

camernews-kolofata

camernews-kolofata