Attentats de Fotokol: Le Cameroun reçoit le soutien des missions diplomatiques

Les États-Unis et l’Union européenne condamnent la barbarie de Boko Haram et s’engagent à intensifier leur aide dans la lutte contre le terrorisme.

«Les Etats-Unis condamnent avec la plus grande fermeté les horribles attentats suicides qui ont tué 13 personnes, dont 12 civils le dimanche 12 juillet 2015 à Fotokol dans la région de l’Extrême-Nord», indique l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique, dans un communiqué parvenu à Repères.
Bien que la représentation diplomatique américaine présente ses condoléances aux familles et proches des victimes de cet acte criminel, elle ne décolère pour autant pas. Elle reste formelle. Car, «prendre pour cibles des hommes, des femmes et des enfants innocents est la preuve évidente de la barbarie et du manque total de respect du caractère sacré de la vie humaine par Boko Haram», indique le communiqué qui réaffirme «la solidarité constante» des Etats-Unis au gouvernement et au peuple camerounais dans leurs efforts d’éradication de Boko Haram.

Soutien militaire
Pour joindre la parole à l’acte, le général de brigade Donald Bolduc,

commandant spécial des opérations américaines en Afrique a, au sortir d’une audience avec le chef de l’Etat camerounais Paul Biya, lundi au palais de l’Unité de Yaoundé, promis de nouveaux appuis pour permettre au Cameroun de mieux parer aux menaces terroristes. Il s’agit d’ «équipements sophistiqués» susceptibles d’aider à mieux contrer Boko Haram dans son mode opératoire actuel, et nécessitant une formation des forces de défense pour leur utilisation. Les nouveaux équipements concernent aussi la surveillance maritime, l’enjeu étant selon des diplomates américains, d’assurer la sécurité de l’ensemble du Cameroun.
Les Etats-Unis ne sont toutefois pas la seule mission diplomatique à soutenir le Cameroun dans cette battaille contre le terrorisme. «La délégation de l’Union européenne au Cameroun adresse également «ses plus sincères condoléances aux familles des victimes, aux autorités camerounaises et tchadiennes, souhaite un prompte rétablissement à tous les blessés et exprime sa sympathie au peuple camerounais». En outre, les chefs de mission de l’UE au Cameroun souhaitent que les responsables de cette attaque répondent de leurs actes devant la justice.
En saluant les efforts du Cameroun et des Etats de la région pour lutter contre le terrorisme et promouvoir le développement socio-économique des régions affectées, les chefs de mission de l’Union européenne se disent prêts à intensifier leur coopération avec les autorités et la société civile camerounaise, ainsi qu’avec la communauté internationale pour renforcer les actions jusque-là conduites.

Mobilisation
Ainsi, la mobilisation contre Boko Haram a pris de l’ampleur à la suite des derniers attentats sanglants. Ayant fait près de 70 morts au Nigeria, au Tchad et au Cameroun. Vendredi, une première vague d’attaques a fait 43 victimes, égorgées pour la plupart, au Nigeria. Le lendemain, N’Djamena, la capitale tchadienne, a subi un assaut qui a fait 15 victimes. Dimanche, c’était au tour du Cameroun d’être touché pour la première fois par des attentats-suicides, les premiers sur son sol, dans la ville de Fotokol, où deux femmes ont déclenché leurs explosifs en cinq minutes d’intervalle. «Le bilan est de 13 morts – dont 10 civils, un militaire tchadien et les deux kamikazes – et de 7 blessés, dont 4 militaires tchadiens et 3 militaires camerounais», a expliqué le Premier ministre camerounais, lundi ????. Même si Boko Haram n’a pas revendiqué ces attaques, le mode opératoire est proche de celui que le groupe jihadiste a l’habitude d’utiliser.
Le 28 février 2015, plus de 20.000 Camerounais avaient pris part à une marche patriotique organisée à Yaoundé dans le but de soutenir l’armée déployée au front, dire stop aux exactions commises par Boko Haram sur les populations de l’Extrême-Nord. Le bilan officiel à cette période était déjà très lourd avec 150.000 personnes déplacées, 200.000 réfugiés nigérians, 170 établissements scolaires fermés ou détruits, 55.000 élèves au chômage.