Attaques terroristes: Joseph Beti Assomo prescrit le renforcement de la sécurité

Après sa visite de travail dans la région de l’Extrême-Nord, le ministre camerounais de la Défense (Mindef) s’est rendu mercredi à l’Est où il boucle ce vendredi son séjour de prise de contact

 

Après sa visite de travail dans la région de l’Extrême-Nord, en proie aux attaques du groupe terroriste Boko Haram, du 26 au 28 octobre, le ministre de la Défense (Mindef) s’est rendu dans la région de l’Est mercredi, 28 octobre 2015. Joseph Beti Assomo boucle ce vendredi sa visite de prise de contact de trois jours dans la région du soleil.

Le choix de cette région, comme deuxième étape de la première sortie officielle du Mindef, n’est pas fortuite. Selon le chef de la division de la communication du Mindef, le colonel Didier Badjeck, les deux régions visitées sont en proie à l’insécurité au niveau des frontières. Il s’agit de contrer la secte Boko Haram qui sévit dans trois départements de l’Extrême-Nord.

Cette secte terroriste a d’ailleurs sa base dans l’Etat de Borno au Nigeria. Et l’autre menace sécuritaire est observée au niveau de la frontière de la région de l’Est avec la République centrafricaine, pays voisin secoué par la guerre civile, entretenue par des
bandes armées. Lesquelles bandes armées font des incursions en territoire camerounais, soit pour des attaques dans des villages frontaliers, soit pour des prises d’otages.

C’est dans ce contexte que le Mindef est arrivé à Bertoua, capitale de l’Est, pour les premiers contacts avec les différents responsables militaires de cette région. Sa première journée du travail, a été particulièrement chargée.

 

Joseph Beti Assomo, ministre de la Défense du Cameroun.

Joseph Beti Assomo a effectué le tour du propriétaire dans les différents postes de commandement des démembrements de nos forces de défense implantés à Bertoua. A la fin de cette journée, il a tenu une séance de travail, à huis clos, avec les responsables militaires et ses proches collaborateurs au12eBataillon d’infanterie motorisée (12eBIM) de Bertoua.

Hier, Jeudi, le Mindef s’est d’abord rendu à Yokadouma, chef-lieu du département de la Boumba-et-Ngoko, à 300 kilomètres de Bertoua. Ce département qui partage sa frontière avec la RCA et le Congo Brazzaville est confronté à l’insécurité. Surtout à Mboy dans l’arrondissement de Yokadouma et à GariGombo (arrondissement éponyme), deux localités frontalières à la RCA.

Cette escale a permis au Mindef de remobiliser les responsables militaires et leurs troupes, dans la traque des bandes armées qui commettent des exactions sporadiques sur notre territoire. Ces bandes armées traînent aussi une triste réputation dans le braconnage des espèces animales en voie de disparition et dans l’exploitation illégale des pierres précieuses telles que le diamant et l’or. Ces pierres précieuses sont vendues dans des circuits informels et permettent à ces barbares de se ravitailler en armes. Le Mindef a demandé aux soldats camerounais au front de ne pas baisser la garde et de redoubler de vigilance, face à l’ennemi qui rôde aux frontières.

Ce vendredi, le programme de Joseph Beti Assomo prévoit la descente à Garoua-Boulai, chef-lieu de l’arrondissement éponyme dans le département du Lom et Djerem: la visite de la 123e Compagnie d’infanterie motorisée (123e CIM) et de l’Escadron de gendarmerie. La séance de travail, élargie aux autorités, responsables politiques, chefs traditionnels et élus, prévue au lycée de Kano à Bertoua, est la dernière articulation de la première sortie du Mindef à l’Extrême-Nord et à l’Est.