Assainissement à Yaoundé: à l’assaut des rats, moustiques et cafards

Une campagne a été organisée la semaine dernière dans le cadre du Programme d’assainissement de Yaoundé.

Le Service camerounais d’assainissement (Seca) a organisé une campagne de lutte anti vectorielle intégrée (physique et chimique) de neuf jours dans les sept mairies d’arrondissement de la ville de Yaoundé. Cette campagne s’inscrit dans le cadre de la deuxième phase du Programme d’assainissement de Yaoundé (PADY). Elle visait à mobiliser les populations autour de la nécessité de s’engager dans l’assainissement de leur milieu de vie, en  éliminant des insectes, rongeurs, moustiques, cafards et autres. Pour mener à bien cette action, les différentes autorités administratives et traditionnelles de la place, en collaboration avec la coordonnatrice du projet, Arlette Tchapoya, ont remis du matériel à plus d’une cinquantaine de Comités d’animations et de développement local (Cadel) des quartiers concernés : des brouettes, des pelles, des masques, des gants.
Pour la lutte physique, les agents ont effectué des descentes sur le terrain. Ceux de la mairie de Yaoundé V ont déposé leur matériel au stade d’Oyack-rail, situé au quartier Elig-Edzoa. Sur ce site, ils ont nettoyé les abords et les caniveaux. La lutte chimique a été matérialisée par la pulvérisation d’insecticide dans des domiciles. Des ménages du quartier Emana par exemple ont été ciblés. Rendu au terme de ce projet démarré le 19 avril dernier, Djidere Gadji, expert d’hygiène publique au Seca, a jugé le bilan positif. « Nous nous réjouissons de la réussite de ce projet. Car toutes les autorités concernées s’y sont impliquées. Y compris les populations », a-t-il confié. Joseph Fouda, chef du service d’hygiène de la mairie de Yaoundé V, n’a pas dit le contraire.