Ar-Rissala, un message de paix à travers les ondes d’une radio islamique

Inaugurée en mars dernier, Ar-Rissala est la première radio musulmane de la ville de Yaoundé.

 

“Et nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers”, cet extrait tiré du verset 107, Sourate 21 (Al Anbiya ‘a) du Coran, figure sur les murs de la radio Islamique Ar-Rissala FM, située au quartier Cité-verte à Yaoundé.Ce média fraîchement né (mars dernier), émet tous les jours de 6h à 21h. Son nom n’a pas été choisi au hasard. “Ar-Rissala signifie le message”, explique à Anadolu Souleyman Bouba, le directeur de la radio, rencontré à Yaoundé. Il s’agit de mettre “le message de l’Islam à la portée de tous”, ajoute Bouba.

La ligne éditoriale de la radio porte sur l’enseignement islamique. Ainsi, les émissions sont pour la plupart axées sur les fondamentaux de l’Islam, la jurisprudence islamique et la biographie du prophète. Toutefois, il y a régulièrement des débats ayant pour but de faire la promotion du dialogue interreligieux, selon lui.

A cette occasion, on retrouve des pasteurs, des prêtres et des imams assis autour d’une même table pour échanger sur un thème. Les week- ends, la radio ouvre un espace réservé aux jeunes appartenant aux clubs journal de leur établissement scolaire respectifs. Ils peuvent alors s’exercer au métier de journaliste et d’animateur. La radio diffuse également trois fois par jour, des tranches d’information en français.

“Le prophète est venu semer la paix. Nous faisons donc la promotion de la paix en diffusant des messages d’amour et de tolérance”, dit “Hadj Oumar”, rédacteur en chef de la radio qui émet à Yaoundé et dans un rayon de 100 kilomètres autour de la ville.“Il y avait un manque d’un tel outil de communication dans la communauté musulmane de Yaoundé. Nous avons pensé que l’outil le plus apte à toucher la plus grande majorité et à diffuser le message de l’Islam est la radio”, dit Souleyman Bouba pour justifier la création d’Ar-Rissala FM. Les émissions sont diffusées en langues nationales que sont le français et l’anglais, mais aussi en langues locales telles que l’Ewondo et le Bafia. D’autres émissions sont également diffusées en Arabe. Cette diversité linguistique est un choix éditorial afin “d’amener le maximum de personnes à comprendre l’Islam”, explique Oumar, le rédacteur en chef.

Cette radio privée communautaire emploie 10 personnes à temps partiel, musulmans et chrétiens. Au Cameroun le statut de radio communautaire est attribué aux radios non commerciales (qui ne vivent pas de la publicité). Son capital financier n’est pas rendu public, ses promoteurs à savoir l’ONG ADF, ne veulent pas parler de chiffres, tout en évoquant des “dons” et des “initiatives personnelles”. Il n’y a également pas de chiffres officiels concernant le nombre d’auditeurs de cette radio. Reste à dire qu’elle ne cesse de gagner du terrain auprès d’un auditoire diversifié.

Une diversité qui porte ses fruits puisque d’après les témoignages d’auditeurs rencontrés dans la ville de Yaoundé, beaucoup de non musulmans écoutent Ar-Rissala FM. “Je suis chrétien catholique mais il m’arrive régulièrement d’écouter cette radio que j’aime bien car elle fait la promotion de la paix”, explique par exemple Joseph Etienne Mbida, un auditeur d’Ar-Rissala.

L’ONG African Development Foundation (ADF) est la structure promotrice de Ar-Rissala FM. ADF est une fondation musulmane à but non lucratif qui existe depuis 20 ans. Elle a pour mission “d’aider et éduquer les populations musulmanes à faire face aux difficultés quotidiennes de la vie”, explique Aboubakar Youssoufa, le chargé des relations publiques d’ADF.

Les musulmans représentent à peu près un quart de la population globale estimée à environ 20 millions d’habitants, selon des estimations officielles. On les retrouve beaucoup plus dans les trois régions septentrionales du Cameroun à savoir l’Adamaoua, le Nord et l’Extrême Nord. On les retrouve aussi disséminés dans les autres régions du Cameroun, où ils vivent en harmonie avec les autres religions.