camernews-delor-kamgaing

Après 5 jours de grève: Delor Kamgaing rabroue le sous-préfet de Yaoundé 1er

Après 5 jours de grève: Delor Kamgaing rabroue le sous-préfet de Yaoundé 1er

Le chef de terre n’a pas réussi à convaincre le président de la Ligue camerounaise des consommateurs de mettre fin à sa grève de la faim entamée depuis lundi dernier pour s’insurger contre une hausse annoncée des coûts du kilowatt par l’Agence de régulation de l’électricité(Arsel). Il est 11 heures ce jeudi 24 avril 2014 au siège de l’Agence de régulation du secteur de l’électricité (Arsel). Une vendeuse d’oranges et un cordonnier constituent le décor habituel ; des voitures et quelques passants font des allers-retours. Mais, un fait trouble cette habitude depuis le début de la semaine. Sous la plaque indiquant le siège de l’Arsel, Delor Magellan Kamgaing a établi ses quartiers, toujours accompagné de sa Bible, portant un blouson et muni de son téléphone portable. Un petit matelas qu’on lui a offert constitue son «mobilier de fortune». Les affiches en cartons ont été remplacées par des affiches imprimées. Preuve que le président de la Ligue camerounaise des consommateurs (Lcc) a décidé de durcir sa grève de la faim. Toujours vêtu de son t-shirt au logo de l’association dont il est le président et d’un pantalon jeans, vêtements qu’il n’a pas changé depuis le début de sa grève, Delor Kamgaing encaisse le froid, la pluie et les ardeurs du soleil sans sourciller. Malgré un regard las et un corps qui accuse la fatigue, le gréviste continue d’afficher sa détermination. Des vendeurs ambulants s’arrêtent pour jeter un coup d’œil ; ils sont curieux de connaître les causes qui ont poussé ce monsieur à engager son sit-in. En quelques minutes, Delor Kamgaing est assailli par une foule de curieux. Certains veulent s’enquérir de l’état physique et psychologique de ce dernier, d’autres veulent juste voir celui dont les médias parlent depuis quelques jours. L’administration plie l’échine Il n’y a pas que l’homme de la rue qui s’intéresse à l’action du président de la Lcc. Depuis lundi, des ambassadeurs, des hommes politiques et des leaders d’opinion se rendent auprès de Delor Magellan Kamgaing Kamseu. Ce jeudi matin, il a eu la visite, entre autres, de l’ancien président du conseil municipal de Bafoussam, Kago Lele, qui est venu lui affirmer son soutien : « Je ne suis pas membre de la ligue mais je suis d’accord avec les actions menées par cette association (…) Je suis aussi là pour savoir si cette protestation a fait bouger les choses, si les pouvoirs publics se sont intéressés à Delor Kamgaing et à ses doléances ». Voyant cette mobilisation de plus en plus grandissante autour du gréviste, les autorités administratives, qui jusque-là se sont distinguées par une indifférence cynique, commencent à plier l’échine. Ce jeudi, le sous-préfet de Yaoundé 1er est venu s’en quérir de la situation. Une manière dévoilée également de parlementer avec le président de la Lcc, en vue d’une sortie de crise. Mais, Delor Magellan Kamgaing Kamseu est resté campé sur sa position : «je reste ferme sur ma décision», a-t-il répondu au sous-préfet. Le chef de terre s’en est allé, vaincu devant la détermination du gréviste qui, il faut le rappeler, est de plus en plus encouragé et soutenu dans sa démarche. Le sourire aux lèvres, malgré l’inquiétude de ses compagnons, Delor Magellan Kamgaing assure avoir encore l’énergie nécessaire pour aller jusqu’au bout de son action. 

 

camernews-delor-kamgaing

camernews-delor-kamgaing