Approvisionnement en eau potable: 4000 mini-châteaux en vue

Le programme adduction d’eau potable et assainissement a été présenté jeudi à Yaoundé. Un projet de construction de 4 000 mini-réseaux d’adductions d’eau potable est en gestation à la Mission de rétablissement de la vérité (Mrv). L’organisation religieuse à caractère humanitaire, initiatrice du programme a organisé un atelier de concertation jeudi dernier à Yaoundé. Il était question de présenter le programme national adduction d’eau potable et assainissement (Aepa), version Cartis. Selon le président du Mrv, Lembegue Verlaine Valery Yves, le programme porte sur la réalisation de 4 000 forages avec des mini-châteaux sur l’étendue du territoire. Le projet prévoit aussi la construction de 300 complexes de latrines et vidange.

C’est à l’issue de la signature d’un protocole d’entente entre l’Etat du Cameroun, représenté par le ministère de l’Eau et de l’Energie (Minee) et la Mrv que ce projet financé à hauteur de 2000 milliards de F par la Mrv a été rendu possible. En réalité, les fonds pour la réalisation de ces ouvrages proviennent de la Fondation américaine, Five Stars Trust qui en a fait un don à l’organisation humanitaire. Le but du projet comme l’explique le pasteur, Lembegue Verlaine Valery, c’est l’amélioration des infrastructures de base, par l’aspect didactique, notamment la sensibilisation des populations sur la qualité de l’eau, la promotion de l’hygiène et la salubrité. Le deuxième des objectifs fait intervenir l’apport d’une technologie nouvelle, « Actis ». « C’est est un assemblage de linox et plaquette argentée ayant des propriétés anti polluantes et luttant contre les bactéries. Actis élimine toutes sortes de bactérie et recherche toutes les propriétés naturelles en restaurant les propriétés énergétiques de l’eau», rassure le coordonateur Aepa de la Mrv. Il annonce d’ailleurs, la phase-pilote du projet qui sera lancé d’ici deux semaines. Deux villes ont été choisies pour le démarrage de construction de ces ouvrages, il s’agit de Bamenda et Douala. Après ces essais, il est prévu, un lancement général du programme, « après que des accords supplémentaires ont été signés avec le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Administration du territoire (Minepat) ». En dehors de l’apport en eau potable, le programme  Aepa, selon le coordonateur va fournir près de 11 000 emplois en contrat à durée indéterminé (CDI) et en contrat à durée déterminée  CDD).