camernews-Yolande-Ambiana

APPEL DE DÉTRESSE D’UNE MÈRE AUX AUTORITÉS FRANÇAISES LE 25 NOVEMBRE 2014

APPEL DE DÉTRESSE D’UNE MÈRE AUX AUTORITÉS FRANÇAISES LE 25 NOVEMBRE 2014

Mes enfants m’ont été enlevés illégalement et arbitrairement depuis quinze ans par mon ex-mari, ancien Bâtonnier de l’Ordre  des avocats camerounais Charles TCHOUNGANG, qui a ensuite envoyé notre fille aînée, mineure à cette époque, faire ses études en France, à l’opposé de mon lieu de résidence, sans m’aviser pour vraisemblablement nous éviter tout contact, ayant pour consigne de ne pas m’approcher.

En représailles au choix de notre fille de postuler finalement pour une école dans la ville où je réside, ce papa avocat qui pourtant vient d’apporter une issue favorable au dossier très médiatisé d’un de ses clients, (voir la vidéo jointe), la livre depuis trois ans à la précarité, ce qui pourrait, dans son état de détresse, l’inciter à la prostitution pour mettre fin à ses ennuis financiers, donc poursuivre ses études.

J’ai une grande confiance en ma fille et sait, c’est évident, qu’elle résiste courageusement.

 

Voici ci-dessus une vidéo dans laquelle ce papa avocat fait pourtant l’apologie de l’éducation des enfants de son client Mr X,  défendu et libéré suite à une détention qualifiée d’arbitraire, par celui-là même qui séquestre nos enfants au risque de les rendre fous, sans qu’ils ne soient à priori accusés eux du moindre méfait..

De plus me trouvant en situation de maladie orpheline grave, je me vois acculée depuis des années par complaisance pour la fonction de cet homme, à payer ses dettes au Trésor Public en France; Le fruit de mon travail ainsi détourné, ne peut alors subvenir efficacement à mes besoins donc, par conséquent, prive ainsi ma file de mon aide précieuse…

Suite à ma visite à son établissement scolaire dont j’ai rencontré les administrateurs et au précieux soutien des membres de ma famille portant la responsabilité de leurs propres enfants, cette situation incroyablement sordide de chantage qui nous astreint à l’esclavage, a amené les élèves de sa promotion à réaliser un acte héroïque de solidarité : ils  ont payé pour elle à la place, du père, le reliquat de sa scolarité de l’année dernière, ceci afin qu’elle puisse être acceptée à la rentrée 2015 !

Dans cette situation grave concernant ma fille Isabelle, je lance donc un appel de détresse pressant à Monsieur le Président de la République Française, François HOLLANDE, ainsi qu’à sa Ministre des affaires sociales, de la santé et des Droits des Femmes, Madame Marisol TOURAINE, afin simplement d’aider ma fille à pouvoir effectuer ses études en France dans des conditions respectables tout en conservant sa dignité, comme je me suis évertuée à conserver la mienne.

Ma fille ne rechigne nullement à la tâche et j’en suis fière, puisque pour obéir au papa et éviter de m’approcher, comme nombre d’étudiants pour subsister, elle a accepté des emplois éreintants.

Mais la prostitution à laquelle ce « papa » qui la pousse à la rue dans un chantage ignoble pour payer son école, malgré sa détresse et ses appels incessants, est nous le savons, un délit proche du proxénétisme et répréhensible par la même Loi pour laquelle il a prêté serment, et qui, dans tous les cas de figure, est indigne d’un père…

De par son comportement irresponsable, et suite à des années de démarches infructueuses pour nos enfants, d’abord amiables, par la voie consulaire, puis en Justice où Charles TCHOUNGANG, sous mandat d’arrêt international à cette époque, a été condamné en 2006 au TGI de Paris pour abandon de famille,  je suis toujours dans l’attente de la Grosse du jugement, et de l’application stricte de celui-ci prononcé par la justice française.

Monsieur le Président de la République, je vous remercie pour l’attention que vous porterez à cet appel de détresse d’une mère qui depuis des années s’est échinée face à un père qui, en faisant publiquement bonne figure auprès des autorités françaises, des enfants de ses clients, comme le démontre cette vidéo, tient en otage et torture moralement nos enfants.

Je fonde l’espoir que cet appel de détresse vous aura ému et je vous remercie pour la suite favorable que vous pourrez y apporter.


Sa Mère Yolande AMBIANA                                                           Paris le 25 Novembre 2014

Ambassadrice bénévole de l’AEDEPS

Copie à l’association: www.aedeps.org                                             Pour le Bureau

Le Président de l’AEDEPS

 Note du Bureau:

Pour suivre cette douloureuse affaire depuis 2002, il est désolant de constater que, selon les citoyens de quelque origine qu’ils soient, français, anglais, camerounais, anglo-camerounais, ou autres, selon les fonctions, les moyens financiers, les copinages, les confréries, les décisions de justice et les strictes applications de celles-ci par la justice, en France, ne sont pas appliquées de la même façon et, dans ce dossier difficile c’est le cas.

Force de constater, une fois de plus, que c’est le « petit » qui trinque face à celui qui veut se donner bonne conscience en foulant les tapis rouges de la Nation.Notre amie et adhérente est injustement saisie par le fisc français, depuis de très longues années, pour des dettes contractées par son ex mari quand il vivait largement en France; pour information, Yolande AMBIANA est divorcée de Monsieur TCHOUNGANG par jugement prononcé dans notre pays, applicable dans tous les pays selon les conventions signées entre états en matière de Droit.

Yolande AMBIANA, malgré ses démarches auprès des services fiscaux pour justifier sa situation et les erreurs consécutives dues à la mauvaise foi de monsieur, ses faibles moyens et son état grave de santé, n’a reçue à ce jour que des fins de non recevoir. Monsieur, éminent avocat se déclarant insolvable lors des divers jugements prononcés à son encontre en France, se la coule douce, y compris lors de ses déplacements dans la capitale et laisse ses enfants à l’abandon, sans rien pour survivre, ou simplement vivre, en contradiction avec les Droits de l’Homme, ainsi que la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, ce qui peut s’apparenter à une non-assistance à personne en danger.

 

 

camernews-Yolande-Ambiana

camernews-Yolande-Ambiana