camernews-symec

Andre Mama Fouda, le Ministre de la santé, est à Douala pour une réunion de crise dans certains hôpitaux alors que les leaders du Symec ont rejoint leur nouveau poste de travail dans les zones reculées du pays.

Andre Mama Fouda, le Ministre de la santé, est à Douala pour une réunion de crise dans certains hôpitaux alors que les leaders du Symec ont rejoint leur nouveau poste de travail dans les zones reculées du pays.

A en croire nos sources, l’arrivée en urgence du ministre de la santé dans la capitale économique vise à faire capoter un projet de grève générale et illimitée dans les hôpitaux du pays.

C’est au pas de course qu’André Mama Fouda, le ministre de la santé publique, va tenir ce lundi 29 mai 2017, une série de réunions de crise dans les hôpitaux de référence à Douala.

Dans un document confidentiel dont Cameroon-info.net a obtenu une copie, le ministre informe les responsables de l’hôpital général, hôpital Laquintinie et hôpital Gynéco-obstétrique et pédiatrique qu’il arrive dans leurs formations hospitalières ce lundi 29 mai « à l’effet de m’entretenir avec le corps médical (médecins, chirurgiens-dentistes, pharmaciens, etc.) » précise le parton de la santé.

André Mama Fouda a pris la peine d’indiquer que ces rencontres qui commenceront ce lundi en fin de matinée par l’hôpital Gynéco-obstétrique et pédiatrique pour s’achever à l’hôpital général, « sont non ouverte aux médias et aux autorités ».

Le communique(c) MINSANTE

Les sujets à l’ordre du jour de ces séances de travail n’ont pas été révélés. Mais, notre source au ministère de la santé publique, nous a confié que l’arrivée dare-dare d’André Mama Fouda dans la capitale économique vise à faire capoter un projet de grève générale et illimitée dans les hôpitaux du pays.

Depuis le mois de mars dernier, le Syndicat des médecins du Cameroun (Symec) appelle tous les mois, ses membres à une grève d’environ trois jours afin d’obtenir du gouvernement, l’amélioration de leurs conditions de travail. Ce mot d’ordre de grève est très suivi dans les hôpitaux de Douala. Le Symec a menacé de l’imminence d’une grève illimitée.

Pour casser le mouvement du Symec, ses leaders ont été affectés dans des zones reculées du pays. Ces derniers ont d’ailleurs rejoint depuis hier dimanche 28 mai 2017, leur poste de travail. Toutefois, tout porte à croire que ces affectations disciplinaires ne sont pas assez fortes  pour affaiblir le Symec.

camernews-symec

camernews-symec