camernews-jet

AMOUGOU BELINGA, sur la question du Jet privé, estime que 40 millions c’est c’est pas grand chose

AMOUGOU BELINGA, sur la question du Jet privé, estime que 40 millions c’est c’est pas grand chose

« Je suis un Beti… Louer un Jet privé à 40 millions ça ne représente rien du tout », c’est partiellement ce qu’a avancé le patron du groupe l’Anecdote, Amougou Belinga lors d’un entretien à  Décryptages, émission produite par sa chaîne tv Vision4.

Beaucoup ont dû être stupéfait de la jactance du président directeur général du Groupe l’Anecdote et ses propos laudateurs à l’endroit de son Groupe et de sa personne.

Pendant un peu plus de 90 minutes, l’homme enchevêtrait entre confessions en mode succes story et perspectives, non sans en livrer des ambitions non moins grandes. Il était alors face à Ernest Obama.

Comme le chanteur Longue Longue, Amougou Belinga a confié avoir « lavé des assiettes (la plonge), a été pousseur et vendeur d’eau glacée…

Il faut rappeler que tout récemment, son groupe a fait pas mal d’acquisitions notamment des véhicules flambants neufs pour son personnel, mais également la location d’un jet privé qui n’a pas manqué de créer la polémique sur les réseaux sociaux. L’homme est largement revenu sur son déplacement à Bangui en RCA à bord dudit jet pour son tête à tête avec le président Centrafricain. Amougou Belinga affirme alors qu’il a loué cet aéronef pour répondre à une invitation à Bangui arrangé par un compatriote…

Proche de certains   Hommes d’Etats africains, notamment sa proximité avec la présidence de la république camerounaise, le PDG rassure que ses rappoets avec ces derniers sont strictement professionnels.

Créé en 1995, le groupe l’Anecdote a su s’imposer grâce à l’abnégation et la pugnacité d’un homme bien plus de toute une équipe qui au départ ne comptait pas encore une dizaine de personnes actives. D’un journal à un magazine, en passant par une radio la machine était déjà bien en marche. Les ponts ont coulé être temps et le visionnaire Jean Pierre Amougou Belinga a su parfaire son ambition et entretenir ses projections. Victime des censures dans les années 1990, le patriarche Amougou Belinga affirme qu’aujourd’hui les conditions ne sont plus les mêmes et que l’environnement médiatique est exposé aux changements des pratiques communicationnelles. Vision 4 qui a vu le jour en 2008, dans une sphère concurrentielle avec une audience en pleine mutation, est désormais une vitrine incontournable du paysage médiatique camerounais.

 

camernews-jet

camernews-jet