Amobe-Mevegue-camernews

Amobe Mevegue pourtant invité n’a pas pu profiter de la fête

Décidément, les Camerounais ne cesseront jamais de nous surprendre. Il y a quelques jours, lors de

la célébration de la 42e

invité à ladite célébration, se  fait recaler à l’entrée du Pavillon Dauphine. La raison invoquée par le

service  de  protocole est  sans  doute  la  plus  ahurissante  que  vous  n’ayez  jamais entendue, écoutez

bien :  « Votre  habillement  Monsieur  ne  correspond  pas  au  standing  de  nos  invités ».  La  tenue  en

question  était  un  vêtement  paré  d’étoffes  africaines.  Plus  loin  dans  la  conversation,  le  protocole

ajoute : « Monsieur allez vous changer, vous pourrez entrer ».

Voilà  comment  des  Camerounais  traitent  un  de  leurs  compatriotes,  et  pas  des  moindres,  un

Camerounais qui sillonne le monde pour promouvoir la culture africaine. Qu’attendaient-ils comme

habillement  standing ?  La  fête  nationale  dite  de  l’unité  nationale,  de  l’intégration  et  voilà  un

exemple parfait de ce que le gouvernement et ses agents mettent dans l’unité nationale. Comment

comprendre  qu’un  Camerounais  puisse  se  voir  refuser  l’entrée,  à  une  cérémonie  qui  est  censée

réunir tous les Camerounais, pour tenue non indiquée ? De toute façon il n’y a que du Cameroun que

peuvent provenir de telles absurdités. Il s’agit là d’un exemple concret d’aliénation et d’assimilation

culturelle.  Le  Cameroun  n’est-il  pas  un  pays  africain ?  Un  Camerounais,  parce  que  vêtu  en  trois

pièces dont la matière première vient de l’Afrique, dit à un autre Camerounais qu’il n’est pas vêtu

correctement parce que ce dernier porte un vêtement afritude.

Il n’existe pas de mots pour qualifier une telle attitude. Le burlesque dans tout ceci est que quelques

jours  auparavant,  toujours  habillé  en  afritude,  Amougou Mevegue  prenait  part  à  un  gala  dans  les

mêmes locaux en présence d’icônes comme Abdou Diouf.

De manière  grandissante,  nous  voyons  des  Camerounais  ou encore  des  Africains  disant  à  qui  veut

l’entendre  sur les  réseaux  sociaux  qu’ils  se  revendiquent Africains. Très  bien, mais  seulement, leur

message  est  en  totale  contradiction  avec  leur  attitude.  Ce  service  de  protocole  de  l’Ambassade

du  Cameroun  en  France  devrait  savoir  qu’aujourd’hui  c’est  le  pagne  wax  qui  sert  de  kaba  chez

fête nationale du Cameroun en France, l’homme de médias Amobe Mevegue,

nous  qui  domine  la  mode  internationale.  Toutes  les  sommités  respectables  de  ce  monde  se  sont

à  plusieurs  occasions  affichées  en  vêtements  fabriqués  à  base  de  ce  pagne.  Donc,  nous  allons

simplement  demander  à  M. Mevegue  de  pardonner  leur  ignorance,  car  ils  ignorent  qu’ils  sont

ignorants. L’attitude de M. Mevegue est louable, car il est important de garder, de préserver notre

identité culturelle et de refuser de la laisser se diluer pour quelque raison que ce soit par la culture

occidentale.