camernews-ALICE-NKOM

ALICE NKOM, « Je ne laisserais personne atteindre Eto’o Fils sans passer sur mon corps »

ALICE NKOM, « Je ne laisserais personne atteindre Eto’o Fils sans passer sur mon corps »

aitre Alice Nkom est un défenseur acharné de la cause homosexuelle au Cameroun. Elle le revendique d’ailleurs à hue et à dia. Tout récemment, elle a fait une sortie médiatique dans laquelle elle se propose de trouver une solution à la « tragédie du football Camerounais ». Dans cette plaidoirie médiatique, Alice Nkom prend fait et cause pour le capitaine des Lions, Samuel Eto’o Fils. Cela a provoqué l’ire dans les milieux du football ou on dénonce une « intrusion » dans une chasse gardée. Pour remettre les pendules à l’heure de l’opinion, nous sommes allés à sa rencontre. Comme au parquet, l’avocate s’est lâchée. Tout y passe : Paul Biya, le football,  l’opération épervier,  Boko Haram (Première partie)

Me Alice Nkom, vous êtes  connue comme défenseur de la cause homosexuelle au Cameroun, mais tout récemment, avec la débâcle des Lions, vous avez fait une sortie médiatique fortement commentée sur le football camerounais. Qu’est-ce qui vous fait courir ?
Je ne cours pas. Il faut que je rappelle, quand même, à vos lecteurs que, je suis avocat, et je suis un avocat généraliste, éclectique, depuis plus de 45ans. Ceci signifie que, le client qui m’apporte une affaire relevant du droit fiscal, trouvera à mon cabinet, tous les services dont il a besoin, relativement à ce droit. Si c’est une affaire criminelle, il trouvera suffisamment d’expertises pour répondre à ses besoins de  Conseil, d’accompagnement, d’assistance et de défense. Donc nous sommes, généralement, aujourd’hui au Cameroun, des avocats qui peuvent  parler d’un assassin qui a tué, violé, découpé en morceaux sa femme, comme on peut couvrir les contrats que signe l’Etat avec la République Fédérale du Nigéria sur la péninsule de Bakassi. Sans qu’il y ‘ait besoin de faire venir des avocats étrangers. Cela malheureusement n’arrive pas beaucoup, mais c’est la situation. Cette éclectisme, se retrouve dans mes activités de citoyen averti, acteur de la l’évolution de la vie dans mon pays.

Un premier ministre humilié par les joueurs ne peut pas mener une enquête objective sur ces joueurs.

Je ne suis pas footballeur, je ne sais rien du football, mais quand j’apprends que les Lions ont gagné, ça me fait chaud au cœur, je suis contente, je suis émue, je suis fière et quand ils ont perdu, je suis malheureuse. J’ai des émotions négatives. Tout le monde savait qu’il y’avait la Coupe du monde. Tout le monde a plus ou moins espéré que le miracle nous conduise en quart ou en demi-finale et même en finale. Lorsque le Cameroun a été éliminé de la compétition avec les scores qu’on cannait, un but, 32ème sur 32, tout le monde a eu un mal au cœur. Que se soit le président de la république, l’homme de la rue, chacun a eu mal face à ce résultat. J’ai commencé à suivre toutes les actualités relatives à cet évènement dans les journaux, la télévision, la radio etc. j’ai appris que le Président de la République, touché par cette débâcle,  avait demandé une enquête, qu’il a confiée au Premier ministre, Chef du gouvernement pour établir les faits et les responsabilités.
Je venais d’entendre à la télévision, à travers les débats, que les joueurs avaient humilié le patron du gouvernement, en n’allant pas à la cérémonie de remise du drapeau national, avant le départ pour le Brésil. En bonne juriste, quelqu’un qui est soucieux de la lumière en toute chose et de manière objective, j’ai remis en cause l’objectivité du Chef du gouvernement. Un ministre humilié, par les joueurs, peut-il être objectif dans une enquête sur les faits commis par ceux-ci ?

Face à la tragédie, j’ai le droit d’apporter ma contribution citoyenne

Les joueurs ne sont que la finalité d’un système  et d’une organisation qui doit les conduire à la très haute performance. Après il était clair, en écoutant l’opinion, que quelqu’un était à la manœuvre pour décrédibiliser les joueurs et les jeter à la vindicte populaire, comme étant les seuls responsables du fiasco de la coupe du monde au Brésil. Ecartant ainsi toute démarche visant à sortir la tanière et le football camerounais d’une crise profonde qui date déjà de plusieurs décennies.

Ce qui m’a interpellée. Nous ne pouvions pas laisser le Président s’embarquer dans cette voix. Le Cameroun est très régulier dans les rencontres du football de très haut niveau, nous participons quasi automatiquement à la Coupe du monde de la Fifa, ceci grâce à nos excellents footballeurs. Les joueurs n’étant que la partie visible de l’iceberg, j’ai pensé que, face à la tragédie, nous avons le droit d’apporter notre contribution citoyenne. Je me suis donné la mission de recueillir toutes les contributions, les bonnes, des personnes passionnées de football et auréolées d’un passé qui leur permet de parler avec autorité. Elles ont émis d’excellentes idées, il fallait se rassurer que ces idées soient analysées, fassent l’objet d’un mémorandum, à l’attention du Président de la République, au moment de la prise de décision. J’ai identifié ces personnes, je les ai écoutées et je porterai leurs contributions au Chef de l’Etat. Ces gens sont aussi des journalistes de la presse spécialisée, qui ont souvent écrit sur le sujet, sans beaucoup de réception, de la part de nos dirigeants.  J’ai voulu proposer au Chef de l’Etat ces travaux ambitieux, pour notre football pour l’accompagner, si nécessaire, dans la mise en œuvre, l’effectivité de la mise en œuvre,  la définition et le choix des profils.

Dans vos interventions, vous prenez faits et causes pour le Capitaine de la sélection, Samuel Eto’o, quelles sont vos motivations? 
Dans ma démarche d’écoute et d’investigation,  j’ai remarqué que la principale cible de ces manœuvres de décrédibilisassions, était Samuel Eto’o. Dans cette folle lancée, on a impliqué des éléments qui relèvent de sa vie privée. J’ai mené ma propre enquête et décidé que ni lui, ni ses coéquipiers ne porteront le chapeau face à des individus obscurs, tapis dans l’ombre.

Une certaine opinion pense que Samuel Eto’o vous aurait versé beaucoup d’argent, pour le défendre, comme vous le faites en ce moment.
Un avocat ne peut pas rougir, de recevoir de l’argent pour des prestations en faveur d’un client. C’est dans la nature de ma pratique professionnelle. Tous les avocats s’attendent à une rémunération de leurs efforts. Malheureusement ce n’est pas le cas ! Pas du tout. Le Capitaine de l’équipe nationale  de football est un enfant que je ne connais pas. Nous ne nous sommes jamais rencontrés.

Mon combat n’est pas celui des personnes, il y’a une injustice qui se crée, il y’a un matraquage infondé contre un joueur ou des joueurs d’une équipe, j’interviens. Personne ne pourra m’empêcher de faire ça. Et si j’avais eu de l’argent pour ça, en temps qu’avocat, je ne vois pas de mal en ça. D’ailleurs je ne comprends pas pourquoi la question financière peut être la seule préoccupation intéressante, que notre équipe nationale, sachant ce que ses joueurs représentent comme symboles, notamment Samuel Eto’o. C’est un enfant qui a beaucoup de talent, il est travailleur, patriote, généreux selon ce que les gens me disent. Il fait l’unanimité sur ce point là : c’est un trésor national à protéger

Nous devons être tous debout lorsqu’il y a un problème qui concerne les Camerounais.

Quand les gens s’étonnent que je parle du football, je comprends vraiment que les Camerounais n’ont plus rien de commun à défendre ensemble pour résoudre nos problèmes communs et améliorer les choses! Je suis de ceux qui pensent que, lorsqu’il y’a une valeur universelle qui est violée quelque part, chacun doit se sentir concerné. Je voudrais montrer aux enfants, que lorsqu’il y’a un problème qui concerne tous les Camerounais, nous devons être debout comme un seul homme, chacun doit apporter sa contribution. Je le fais avec une énorme fierté, une immense tendresse pour les Lions Indomptables, eux qui descendent dans l’arène tous les jours avec fierté, défendre le rayonnement de notre Nation

Je ne laisserais personne l’atteindre sans passer sur mon corps

De ce que je sais de Samuel Eto’o, j’entendais encore madame Emvoutou le dire à la télé, elle qui le connait de près,  est  d’une générosité incontestée à tous les nivaux. S’il apprend que ses mamans le défendent, et que je ne laisserais personne l’atteindre sans passer sur mon corps, que je m’engage là où, des personnes à qui il a toujours donné des moyens pour le faire s’arrêtent, Monsieur Eto’o peut dire, « ma maman là je vais la chercher ». Il peut donc me signer un chèque en blanc, en disant: « maman continu. On est fièr d’avoir des mamans comme toi, qui protègent leurs enfants. Qui s’engagent  pour moi alors que je ne là connais pas, qui fait ce que ceux à qui j’ai donné beaucoup d’argent n’on pas levé le petit doigt ».

Nous devons être contents d’avoir nos Dangoté, nos Messi, ici.

Alors je serais très contente et à ce moment là, de remplir le chèque qu’il m’a donné mettant le montant que je veux pour continuer le travail ainsi commencé. Vous ne pouvez pas vivre dans un pays dont les valeurs sont : « Paix, Travail, Patrie »  et ne pas valoriser le travail. Nous tous nous devons valoriser le travail et le travailleur. Nous devons être fières quand quelqu’un s’est enrichi à travers le travail et le travail bien fait. Nous devons être contents d’avoir nos Dangoté, nos Messi, ici. Je ne permettrais à personne de foudroyer nos génies. Eto’o je ne veux pas entendre même qu’il a toussé, car je connais les raison de sa toux. Si Eto’o décide de ne plus venir au Cameroun aujourd’hui, qui sera perdant. Croyez-vous que cela fera l’honneur de notre pays.

 

 

camernews-ALICE-NKOM

camernews-ALICE-NKOM