camernews-gabon-presidentielle

Ali Bongo et Jean Ping ont déposé des recours à la Cour Constitutionnelle

Ali Bongo et Jean Ping ont déposé des recours à la Cour Constitutionnelle

Le Président sortant, annoncé vainqueur du scrutin avec 49,80%, dénonce une fraude massive dans la province du Woleu-Ntem tandis que Jean Ping souhaite qu’il y ait recomptage des voix, bureau de vote par bureau de vote, dans la Région du Haut-Ogooué dont est originaire la famille Bongo.

Les candidats à l’élection présidentielle du 27 août 2016 au Gabon avaient jusqu’à ce jeudi 8 septembre 2016, à 15 heures GMT, pour déposer d’éventuels recours au niveau de la Cour constitutionnelle. L’opposant Jean Ping  qui avait hésité à exercer ce droit, doutant de l’impartialité des juges de la Cour,  a finalement saisi cette juridiction. Arrivé en deuxième position à l’issue de ce scrutin (48,23%), selon les résultats délivrés par le Commission Electorale Nationale Autonome et Paritaire (CENAP), il sollicite un recompte des voix, bureau de vote par bureau de vote, notamment dans la Région du Haut-Ogooué où l’on a, selon les chiffres de la CENAP, a enregistré un taux de participation record (99,98%) et une victoire écrasante du Président sortant (plus de 95%).

Comme il l’avait annoncé, il y a quelques jours,  le Président sortant a aussi introduit des recours. Ceux-ci concernent «certains pourcentages anormaux dans certaines Régions», affirme un proche d’Ali Bongo. Alain-Claude Bilie By Nze, porte-parole du candidat, avait notamment dénoncé «une fraude massive» dans la Province du Woleu-Ntem, qui a la réputation d’être un fief de l’opposition. C’est après examen de ces recours que cette instance suprême délivrera les résultats  définitifs de ces élections.

Par ailleurs, l’arrivée à Libreville d’une délégation de Chefs d’États africains (Macky Sall, Denis Sassou Nguesso, Idriss Deby Itno), qui venait  tenter de désamorcer la crise, a été reportée sine die.  Les deux principaux challengers s’étaient montrés favorables à une telle démarche. Les violences observées après l’annonce des résultats ont fait plusieurs morts et des centaines de blessés

camernews-gabon-presidentielle

camernews-gabon-presidentielle