camernews-Philemon-yang

Agenda politique : l’Alternance et le Gouvernement Yang III

Agenda politique : l’Alternance et le Gouvernement Yang III

Les six prochains mois s’annoncent déterminants au regard des enjeux de la prochaine présidentielle et des batailles pour la succession de Paul Biya.

L’attente aura été longue, près de quatre ans, mais le chef de l’Etat a mis fin au suspense en procédant à son réaménagement le 02 octobre dernier. L’opinion nationale s’attendait à vivre un véritable « tsunami », compte tenu de la série de faits divers qui animait déjà le fonctionnement de ce gouvernement. L’agenda politique du parti-Etat prévoit un chapelet d’évènements qui ne donneraient pas une durée de plus de six (06) mois au gouvernement Yang III. Il s’agit du renouvellement en cours des organes de base du Rdpc qui interpelle et préoccupe une multitude de personnalités, de grands commis de l’Etat en fonction ou en retraite.

Un véritable déploiement aussi bien sur l’ensemble du triangle national qu’au-delà de nos frontières. De sources bien informées, ce renouvellement des organes de base serait suivi d’un congrès du parti du flambeau au cours duquel surviendraient de profondes mutations dans la perspective de la continuité du régime Biya ou de la transition au sommet de l’Etat. Les sessions ordinaires du Sénat et de l’Assemblée nationale qui se tiendront au mois de novembre prochain pourraient faire l’objet de l’adoption de nouveaux textes déterminants pour l’histoire politique de la 2e République du Cameroun. L’on évoque la future création d’un poste de vice-président de la République. Une disposition constitutionnelle qui assurerait une transition pacifique en cas de vacance au pouvoir, même si l’avènement au parlement du Sénat en 2013 élude l’hypothèse d’un vide constitutionnel dans ce cas de figure.

Ces différents événements laissent entrevoir un véritable chamboulement du gouvernement Yang III dans moins de six (06) mois, et dont la nouvelle configuration devrait aller jusqu’à la fin du 2e septennat de Paul Biya au cas où d’une part, la constitution n’est pas modifiée et si d’autre part, la prochaine élection présidentielle n’est pas anticipée en 2016.

Manoeuvres

Les ennemis de l’intérieur et autres infiltrés du parti au pouvoir véhiculent en ces moments des informations faisant état d’une gigantesque mobilisation des états-majors du Rdpc au lendemain du renouvellement de ses organes de base. A en croire ces taupes, l’on devrait ainsi voir surgir sur l’ensemble du territoire national, une multitude de motions de soutien et de marches qui demanderaient au président de la République la tenue d’une élection présidentielle anticipée. Suivrait alors un discours de Paul Biya qui répondrait à cet ‘‘appel du Cameroun profond’’. Des manoeuvres décriées par les dauphins autoproclamés qui piaffent d’impatience, et multiplient des actes déstabilisateurs à l’endroit du régime Biya, dans l’unique but de le pousser vers la porte de sortie. Toutes choses qui annoncent une météo du landerneau politique national brumeuse dans les mois à venir.

 

camernews-Philemon-yang

camernews-Philemon-yang