Afrique, Poubelle Des Pays Développés ?

L’Afrique bénéficie des dons de ses enfants en matériel informatique et médical qui ne marchent pas et loin d’être utiles, ils peuvent devenir un encombrement! Depuis quelques années, l’Afrique est devenue la poubelle des pays développés, surtout en matière d’ordinateurs et de matériel médical.

C’est devenu une mode. Ca et là, on parle de remise de dons dans les établissements scolaires et les formations sanitaires.

C’est comme si on récupérait les ordinateurs qui ne peuvent plus être utilisés dans les cybers des grandes villes pour les offrir aux villages.

Les associations de la diaspora pensent bien faire en récupérant du matériel ayant servi dans les services et hôpitaux de leurs pays de résidence pour les envoyer à leurs parents et frères restés en Afrique. Les Africains de la diaspora créent plus de brocante dans leur pays d’origine que d’entreprises, la brocante n’étant qu’une autre forme de friperie et les ravitaillent à partir des récupérations des décharges.

Le coût de recyclage dans les pays aux normes environnementales exigeantes favorise les offres gracieuses. Qui atteste du bon fonctionnement des ordinateurs récupérés et offerts à nos établissements scolaires et du matériel de récupération livré dans nos formations sanitaires? C’est ainsi que l’Afrique reçoit des ordinateurs qui ne marchent pas. La
situation est plus grave avec le matériel de haute technologie donné dans les formations sanitaires, sans mode opératoire et sans personne connaissant son fonctionnement.

Ceux-ci, loin d’être un soulagement pour les bénéficiaires, deviennent une charge car il faut dédouaner, réparation sans diagnostic exact. En plus, ils sont encombrants et les populations ne comprennent pas qu’on leur offre gratuitement des appareils et ceux chargés de les utiliser leur facturent les prestations ou les laissent (parce qu’ils ne marchent pas) pour acheter d’autres.

On a vite fait d’accuser un détournement de matériel ou une mauvaise gestion alors que des salles qui auraient pu servir pour des hospitalisations deviennent des magasins de matériel obsolète.

Tout matériel médical utilisé est une source de contamination.

A-t-on les moyens pour sa stérilisation avant emploi ou pour les recycler en Afrique s’il ne marche pas?

Une autre faiblesse réside dans le délai entre la récupération et la réutilisation qui peut durer plusieurs années, le temps que les éléments qui marchaient encore cessent de fonctionner du fait des conditions de stockage et de manutention.

Il faut signaler que l’acquisition du matériel neuf s’accompagne d’un service de formation à l’utilisation et à la maintenance.