AFRIQUE MEDIA suspendue pour avoir accusé la France et les USA de soutenir Boko Haram

Des scellés ont été apposés par voie d’huissier et sous haute protection policière depuis jeudi après-midi dans les locaux abritant la chaîne de télévision privée Afrique Media à Yaoundé, la capitale camerounaise, sur ordre du Conseil national de la communication (CNC) en application d’une mesure de suspension provisoire d’un mois datant du 4 juin 2015, a constaté APA sur place.

La «télévision panafricaine», depuis lors, n’avait pas arrêté ses programmes, ses promoteurs indiquant n’avoir pas été notifiés de cette sanction.
Afrique Media, spécialisée dans les débats interactifs et qui ne ménage pas les «apôtres du néocolonialisme», a néanmoins continué à émettre le même jeudi à partir de ses autres studios situés dans la métropole économique, Douala, eux aussi sous le coup d’une fermeture annoncée comme «imminente» par le CNC.
Pour le vice-président de cet organisme de régulation et d’autorégulation, la chaîne, dont deux journalistes ont également écopé de 6 mois de suspension, s’est retrouvée «en défaillance de tous ces principes du journalisme».
Afrique Media a ainsi été châtiée pour «récurrence des dérapages professionnels», ses panélistes ayant régulièrement «proféré des accusations non justifiées et des appels à la haine susceptibles de porter atteinte à l’image et à l’honneur de personnalités, d’institutions et pays étrangers».
Pour ses dirigeants, par contre, le régulateur a été «instrumentalisé» par des représentations diplomatiques de puissances occidentales, dans leur souci de bâillonner des supports de conscientisation des peuples africains contre les pièges de l’asservissement.
Luc Michel, administrateur OFFICIEL du GROUPE Facebook AFRIQUE MEDIA: « Les locaux de AFRIQUE MEDIA à Douala sont eux aussi sous grave menace.»
Nous sommes face à une nouvelle attaque de la CNC compradore, force endogène mobilisée par les forces exogènes de la Francafrique et du néocolonialisme. Les esclaves de rédaction veulent briser la seule Télévision panafricaine internationale !
Cette nouvelle attaque prend place dans la longue série des coups portés pour faire taire AFRIQUE MEDIA TV et organisés par le Quai d’Orsay et les forces occultes de la Franafrique : retrait de CanalSat, procédures de la CNC contre la TV et ses journalistes, remplacement de Afrique Media sur CanalSat par de faux médias panafricains (pour semer la confusion), campagnes de diffamation sans fin sur le Net camerounais et francophone contre la chaîne et ses animateurs, tentative de suspendre un mois la TV par le CNC. Et aussi procès administratifs sans fin contre Luc Michel et son organisation en Belgique où il représente Afrique Media.
Cette nouvelle attaque vicieuse prend place au moment où en France Bolloré a pris le contrôle absolu du groupe multimedia Canal+ /Canal Sat / Vivendi. Ses medias ont été immédiatement épurés et les émissions « impertinentes » comme les Guignols mises au pas ou supprimées, les journalistes licenciés. La soi-disant CNC camerounaise s’inspire-t-elle de Paris ?