camernews-soro-guillaume

Afrique et Monde – Côte d’Ivoire: La France délivre un mandat d’amener contre Guillaume Soro

Afrique et Monde – Côte d’Ivoire: La France délivre un mandat d’amener contre Guillaume Soro

La décision de la justice française intervient alors que le président de l’Assemblée Nationale ivoirienne est mandaté pour représenter son pays à la Conférence sur le climat (COP21) en France.

Un mandat d’arrêt a été émis le 5 décembre à Paris, par la juge Sabine Khéris à l’encontre de Guillaume Soro, Président de l’Assemblée Nationale ivoirienne. La juge d’instruction tente depuis plusieurs mois d’entendre le président de l’Assemblée Nationale ivoirienne dans le cadre d’une plainte pour torture, traitements humains dégradants et détention arbitraire, déposée par le fils de l’ancien Chef d’Etat ivoirien, Michel Gbagbo en 2012.

Après l’émission du mandat d’arrêt, La Lettre Du Continent révèle que plusieurs enquêteurs et policiers se sont rendus tôt dans la matinée du 7 décembre 2015 au domicile familial de Guillaume Soro dans le département du Val-d’Oise (région parisienne) sans trouver Guillaume Soro sur place.

Pour La Lettre Du Continent, ce mandat intervient alors que l’ex-patron des Forces nouvelles (FN) a ignoré, jusqu’à présent, toutes les convocations de la juge dans ce dossier, dont une émise le 24 novembre dernier.

Le mandat est délivré alors que Soro est en France en tant que l’un des représentants officiels de la Côte d’Ivoire à la Conférence sur le climat (COP21) dûment mandaté par le Président de la République de Côte d’Ivoire et par l’Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire. Dans un communiqué publié le 7 décembre 2015, le collectif des avocats de Guillaume Soro indique que «ce mandat est délivré en méconnaissance des pratiques et usages diplomatiques admis et reconnus» et reste confiant car «aucune preuve de violences physiques n’a pu être établie lors de cette arrestation», c’est-a-dire lors de l’arrestation de Laurent Gbagbo et de son Fils.

Pour rappel, Michel Gbagbo avait déposé d’une plainte le 25 juin 2012 pour des violences subies lors de son arrestation le 11 avril 2011. C’est donc pendant sa détention que le fils de l’ex-président qui jouit d’une double nationalité avait porté plainte à Paris contre Soro pour «enlèvement, séquestration, traitements inhumains et dégradants».

 

camernews-soro-guillaume

camernews-soro-guillaume