Affaire Tchangari: la colère du bâtonnier des avocats de Niamey

Le membre de la société civile, Moussa Tchangari est toujours détenu dans les locaux de la brigade anti-terroriste à Niamey. Sa garde à vue a été renouvelée jusqu’à demain mercredi en raison de soupçons de complicité avec le mouvement Boko Haram par le pouvoir nigérien. Ses avocats dénoncent de telles accusations et déplorent les violations des droits des prévenus. Le bâtonnier des avocats, maître Samna Daouda pousse même un « coup de gueule ». Ce lundi, il a dû en référer au procureur pour voir Moussa Tchangari dans des conditions légales.

Les avocats m’avaient déjà rapporté qu’ils avaient des difficultés pour rencontrer leurs clients. Il leurs était imposé de rentrer dans les cellules pour discuter avec leurs clients. Donc ce matin, je me suis moi-même transporté au niveau de la cellule anti-terroriste où je me suis présenté en tant que bâton de l’ordre des avocats. J’ai attendu une trentaine de minutes pour pouvoir avoir accès à lui. J’ai dû appeler le procureur de la République. Toujours est-il qu’après cela, il m’a autorisé à rencontrer Moussa Tchangari, mais il m’a autorisé à le rencontrer dans la cellule, en présence d’une quarantaine de détenus. Je lui ai dit que ne je veux pas aller dans la cellule et je me suis transporté immédiatement chez le procureur pour lui faire part de mon indignation. Je sors encore plus convaincu et plus inquiet ce matin, de constater que l’enquête préliminaire dans cette affaire n’est pas faite sous la surveillance exclusive du parquet, comme prévu par la loi et la Constitution.