camernews-MAITRE-CHARLES-TCHOUNGANG

Affaire Ndedi EYANGO: Les révélations de Me Charles Tchoungang – Ndédi Eyango est serein !

D’entrée de jeu, Me Charles Tchoungang, précise que dans cette affaire opposant l’Etat du Cameroun au Pca frappé de déchéance, le ministère des Arts et de la culture qui aurait logiquement intenté un procès pour faux en écritures, fraude, usage de faux et imposture, n’est pas l’accusateur; mais il ne fait que se défendre contre les attaques d’un «faussaire».

D’entrée de jeu, Me Charles Tchoungang, précise que dans cette affaire opposant l’Etat du Cameroun au Pca frappé de déchéance, le ministère des Arts et de la culture qui aurait logiquement intenté un procès pour faux en écritures, fraude, usage de faux et imposture, n’est pas l’accusateur; mais il ne fait que se défendre contre les attaques d’un «faussaire». Les arguments de la défense des intérêts d’Ama Tutu Muna, ministre des Arts et de la culture et représentant l’Etat du Cameroun, sont contenus dans un volumineux document, les arguments de défense: un procès verbal de constat du 9 décembre 2013, de Me Foumane Fam Sylvain; l’huissier de justice qui a constaté à l’ambassade des Etats-Unis après interpellation, que Ndedi Eyango Pierre Adolphe, est bel et bien citoyen des Etats Unis d’Amérique. Une correspondance du 13 novembre 2013 de l’ambassadeur de la République du Cameroun à Washington DC, adressée à la ministre des Arts et de la culture, atteste de l’effectivité de la citoyenneté américaine de l’incriminé et du fait qu’il se trouve actuellement au Cameroun en situation illégale. L’on y découvre aussi, la décision invalidant l’élection du conseil d’administration de la Socam du 02 novembre, le recours gracieux préalable en annulation déposé au Minac, le 27 décembre ; la carte nationale d’identité, le bulletin n°3 et le certificat de nationalité camerounaise de Ndedi Eyango. «Si le ministère avait réagi au milieu du processus en désavouant ou en éliminant le candidat Ndedi Eyango de la course, l’on aurait crié à la violation des dispositions réglementaires. D’autant qu’à la lecture des dossiers de candidatures préposés, au départ, tous étaient conformes aux dispositions de la loi. La ministre est entrée en scène après vérifications et a pris les décisions que semble attaquer le Pca déchu, parce qu’après vérification, l’on s’est rendu compte que les fonctionnaires camerounais ont délivré à Ndedi Eyango, de vrais faux documents» affirme l’avocat au Barreau camerounais.

«Il a monté un faux dossier en induisant les fonctionnaires à Nkongsamba, amené à délivrer de vrais faux documents avec lesquels, il a présenté un vrai faux dossier » ajoute-il. « Nous sommes en face d’un fraudeur, spécialiste de la falsification des documents frappés du sceau de la République. Coupable d’une telle forfaiture, il devrait se taire. Je n’ai rien contre la nationalité étrangère; mais nous pensons que des gens ne peuvent pas fuir le pays au prétexte que tout va mal, qu’ils sont persécutés; qu’on les retrouve à obtenir la protection des puissances étrangères et revenir prendre les choses en main. On ne laissera pas passer ce type d’imposture. Si les gens pensent que tout va mal au pays, qu’ils nous laissent nous débrouiller dans nos difficultés et nos misères. Comment expliquer qu’ils reviennent encore falsifier les documents» interroge le président du collectif. Me Charles Tchoungang, accuse le prince des montagnes, d’avoir des visées sur les deux chèques que devait empocher dans les prochains jours la Socam; d’avoir envisagé la fuite après. «Il a fabriqué de faux documents, pour accéder à une fonction pour laquelle, il n’était pas éligible. C’est comme si, vous vous faites fabriquer de faux diplômes, vous obtenez un poste juteux; lorsqu’on découvre le pot aux roses et l’on vous déchoit dudit poste, vous criez à la victime. Ndedi Eyango est un faussaire, un fraudeur qui a trompé l’Etat. Ce qu’il a fait est inacceptable; d’autant plus qu’il n’est pas amnésique pour prétendre n’avoir pas su, que la morale sociale est mise en cause dans cette forfaiture» martèle l’avocat du Minac.

Souley ONOHIOLO

Focal: Ndédi Eyango est serein

C’est ce que laisse entendre le communicateur de l’artiste, Prince Berony. Pour ce dernier, Me Tchoungang (Avocat du ministère des Arts et de la culture) fait de la diversion en essayant de manipuler l’opinion. Car soutient-il, «le problème n’est pas celui de la double nationalité. Cet avocat fausse les débats. Ce n’est pas au ministre de constater que Ndédi Eyango a une autre nationalité». Pour le mis en cause, c’est la ministre des Arts et de la culture, Ama Tutu Muna qui a posé des actes illégaux parce qu’elle n’a pas «qualité pour invalider l’élection du Conseil d’administration de la Socam». Pour contre-attaquer les actions de la ministre, Ndédi Eyango a introduit des recours en annulation et des requêtes à la Chambre administrative de la Cour suprême. Ils affirment, faire confiance à la justice et «pour le reste, nous réagirons en temps opportun», conclut Prince Berony, le communicateur de Ndédi Eyango qui, joint au téléphone par la rédaction, a bien voulu réagir sur cette actualité.

camernews-MAITRE-CHARLES-TCHOUNGANG

camernews-MAITRE-CHARLES-TCHOUNGANG