Affaire Mandio / AbahAbah: L’historique à problème d’Abah Abah

Le témoin du Ministère public attendu avec le précieux document.

La procédure poursuivra son cours à l’audience criminelle de ce vendredi. On suivra éventuellement le Cross examination du témoin Dikum. Qui, au cours de son contre interrogatoire devrait produire l’historique des comptes d’Abah Abah à la Commercial Bank of Cameroun (C.B.C). L’absence de cette pièce plombe un peu la procédure dans la mesure où elle représente pour le Ministère public un texte fondamental. Or, il n’y a que l’historique des comptes TVA tirés de la direction qui pourrait servir de boussole au tribunal. Le refus de produire cette pièce par le témoin Dikum, chef d’agence CBC de Yaoundé à l’époque des faits, 2000-2003, constitue un sérieux blocage. A l’audience du 10 août 2015, le tribunal avait accoré à l’intéressé suffisamment du  temps pour la production de ladite.. La défense de l’ex-MINFI a d’ailleurs qualifié cette pièce d’une sorte de ‘’pièce noire’’, voire de ‘’sésame’’ d’Ali Baba (recueil arabe des contes de ‘’Mille et une Nuits’’). L’affaire Ministère public et Etat du Cameroun (MINFI) contre Polycarpe AbahAbah porte sur le détournement présumé de la somme de 1.000.000.000 de Fcfa et poussières. Le détournement qu’aurait perpétré l’ex-MINFI en Mai 2000 au travers le Remboursement TVA viré dans son compte personnel domicilié dans les livres de la CBC à Yaoundé. Mais la proximité entre les comptes ‘’Remboursement TVA et d’Abah Abah Polycarpe, directeur des impôts, a conduit l’agent de service (coursier) de la CBC à l’erreur. L’erreur qui sera réparée dans la même journée. Cependant, l’erreur sera découverte dans la même journée. Une lettre sera adressée dans ce sens à M. AbahAbah Polycarpe, directeur des impôts. Cette correspondance porte les signatures respectives de  M. Chapuis Louis, Directeur général de la CBC et de son directeur exécutif, Madame Kounang Julienne. Touts ces documents ont été produits pendant les débats au tribunal et admis comme pièces à conviction. Nous devons relever que c’est suite à une dénonciation de sieur Peter William Mandio, directeur du périodique ‘’Le Front Indépendant’’ que le Ministère public (maître des poursuites) va se saisir de cette affaire. Une enquête administrative sera ouverte par l’autorité de tutelle (MINFI-Ndlr) à cet effet. Elle aboutira à un nonlieu. Confirmation sera faite par le Ministre des Finances de l’époque, Monsieur Meva’a M’Eboutouen juin 2003 devant la représentation nationale. Le dénonciateur, devenu plus tard honorable député du Mbam et Inoubou dans la région du Centre ne s’est jamais présente au tribunal pour soutenir sa dénonciation et, encore moins son co-dénonciateur, un certain Dikanda B. Daniel. Aussi le tribunal, le juge arbitre, attend toujours la production de l’historique des comptes d’Abah Abah pour, enfin, démêler l’écheveau, convaincu qu’il ne s’agit pad d’un serpent de mer