camernews-Alima-Meboutou

Affaire Gisèle ALIMA, SDF à New York: Par le canal de Ben Modo,Martin Belinga Eboutou réagit

Affaire Gisèle ALIMA, SDF à New York: Par le canal de Ben Modo,Martin Belinga Eboutou réagit

Madame, Monsieur,Conformément aux articles 53, 56 et 57 de la Loi N ° 90 / 052 du 19 décembre 1990 portant sur la communication sociale au Cameroun, je viens auprès de vous exercer, au nom de la République du Cameroun et de Sieur Martin Belinga Eboutou, le droit de réponse à l’article vidéo publié sur votre site dont voici le lien :http://www.camer.be/33463/11:1/etats-unis-usa–cameroun-sos-gisele-alima-interpelle-son-ancien-patron-martin-belinga-eboutou-united-states.html

Cet article-vidéo, d’une durée de 37 minutes et 40 secondes, désigne nommément l’Etat du Cameroun, à travers son ancien Ambassadeur aux Nations Unies, comme étant la source principale des déboires de Madame Alima Gisèle aux Etats-Unis.

Tout au long de la vidéo, des allégations non fondées sont faites, par le présentateur de l’émission ainsi que son invitée du jour, Madame Alima Gisèle.

Il me plait, au nom des Amis du Cameroun, et de son ancien représentant aux Nations Unies, M. Martin Belinga Eboutou, de partager avec vous, les précisions suivantes au sujet de cette affaire :

1) Madame Alima Gisèle a été, au Cameroun, une des employés de la famille Eboutou.

2) Au moment de la nomination de Monsieur Eboutou au poste d’Ambassadeur du Cameroun aux Nations Unies, et face aux supplications de son personnel de maison, Monsieur Eboutou a accepté, en bon père de famille, d’emmener avec lui ceux qui travaillaient dans son domicile au Cameroun, et qui voulaient le suivre aux Etats-Unis.

3) Après un an aux Etats-Unis, et pour des raisons de contraintes budgétaires, l’emploi de Madame Alima Gisèle a pris fin le 4 Novembre 1999.

4) Au chapitre des droits de séparation, Madame Alima a reçu l’équivalent d’un (1) mois de salaire (moins les déductions d’usage prévues par la loi), ainsi qu’un billet d’avion pour son retour au Cameroun ; conformément à la loi.

5) Madame Alima a catégoriquement refusé de retourner au Cameroun, en pleine défiance de la loi Américaine ; et ce, malgré les nombreuses insistances de son ancien employeur.

6) Face aux refus répétés de Madame Alima de retourner au Cameroun, Monsieur Eboutou s’est retrouvé obligé d’informer le Département d’Etat Américain, ainsi que les Services de l’Immigration des Etats-Unis, suivant les exigences  de la loi Américaine.

7) Madame Alima a alors rejoint un certain nombre de personnes chez qui elle a vécu pendant plusieurs années ; se faisant à chaque fois expulser par ses bienfaiteurs respectifs. C’est ainsi que Madame Alima est devenue sans domicile fixe à New York.

8) Depuis 1999, Madame Alima a essayé, à plusieurs  reprises, de faire du chantage à Monsieur Eboutou ainsi qu’à la Mission du Cameroun aux Nations Unies. Sans succès.

Vous trouverez ci-jointes les pièces suivantes :

– Une (1) copie du chèque datant du 4 Novembre 1999 et payant, en entier, le mois de séparation due à Madame Alima Gisèle;

– Une (1) copie du reçu du billet d’avion de Air Afrique, remis à Madame Alima Gisèle pour son retour au Cameroun; et

– Un (1) reçu de paiement à l’agence de voyage vendeuse du billet ci-dessus.

Permettez-moi de constater, Madame, Monsieur, que c’est le journalisme Camerounais qui sort diminué de cette affaire, tellement le manque de professionnalisme de certains organes de presse est  criard…

En effet, si le présentateur de l’émission en question s’était donné la peine de vérifier l’information avant de la publier,  comme nous l’avons fait, le monde de la communication s’en serait sorti grandi, et le public aurait eu droit à la bonne information depuis le début.

Malgré tout, l’Etat du Cameroun, tout comme Monsieur Eboutou, garde une confiance entière en la capacité de l’opinion publique, de reconnaitre dans ces manigances d’un certain groupe, une volonté manifeste de nuire le Cameroun, son gouvernement et spécialement Monsieur Eboutou.

Dans l’attente d’une publication immédiate de ce droit de réponse, je vous prie de bien vouloir accepter, Madame, Monsieur, l’expression de ma cordiale considération.

Itinéraire Gisele Alima:Camer.be
Billet d'avion Alima:Camer.be
Cheque Belinga Alima:Camer.be

 

camernews-Alima-Meboutou

camernews-Alima-Meboutou